Comment passer du statut de journaliste à celui de journaliste numérique 2.0 ?

Sommaire

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment devenir le nouveau journaliste numérique 2.0 : une fusion du marketing de contenu, du gestionnaire de communauté et du journaliste à vie. Tout en un. Y compris des outils, une analyse du travail et des conseils. Le monde du journalisme a été bouleversé ces dernières années et ce sont désormais les marques (et non les médias) qui doivent générer le meilleur contenu.

Compétences pour devenir un journaliste numérique 2.0

Que doit savoir un journaliste numérique 2.0 ? Comment les réseaux sociaux et les médias sociaux affectent-ils le journaliste traditionnel ? Pour répondre à vos questions, j’ai dressé une liste des compétences les plus importantes pour vous donner une idée des situations et des tâches que vous devez développer.

Savoir informer et dialoguer de manière égale

Il y a encore quelques années, rapporter signifiait raconter les nouvelles, communiquer, annoncer. Les nouvelles circonstances exigent un certain dialogue et la création d’une conversation. Il ne suffit pas de lancer l’actualité, mais de susciter un certain débat qui aboutit à la création d’une communauté. En fait, la zone de commentaires d’une actualité controversée est aussi lue que l’actualité elle-même. Le lecteur ne se contente plus de lire les nouvelles, il aime aussi observer les réactions et les arguments des autres lecteurs.

Les médias traditionnels étaient unidirectionnels, mais l’internet donne une voix au lecteur et le journaliste numérique doit tenir compte de cette caractéristique lorsqu’il crée du contenu.

Communiquer en plusieurs langues (public international)

D’autre part, l’information gratuite et illimitée signifie que les utilisateurs peuvent accéder à une quantité énorme de journaux en ligne et que les journalistes peuvent atteindre les lecteurs n’importe où. Cela nécessitera, dans de nombreux cas, de pouvoir rédiger et répondre à des commentaires dans d’autres langues.

Les résultats d’une élection ou d’un match de football, les catastrophes naturelles, la mort d’un artiste, les décisions de justice, les nouvelles du cœur ou un moment clé d’un programme télévisé trouvent dans Twitter un terrain extrêmement fertile pour germer et se propager à toute vitesse.

Les réseaux agissent comme une caisse de résonance inhabituelle et incroyable. A ce qui était auparavant l’actualité comme la narration d’un événement, il faut désormais ajouter l’actualité de la répercussion sur les réseaux sociaux.

Rapports en temps réel #RealTime

La couverture de l’information en direct a toujours été l’un des piliers du journalisme et n’échappe pas à l’impact des réseaux sociaux, ces canaux où les individus sont devenus de véritables porte-parole de l’actualité. La transmission en temps réel acquiert de nouvelles connotations également pour les équipes de journalistes.

Le journaliste numérique doit être à jour et suivre l’actualité au millimètre près. Un facteur clé du journalisme en général en dépend : l’exclusivité et un facteur clé des réseaux sociaux : l’immédiateté.

Le journaliste numérique doit souvent devenir le reporter hors ligne et être capable de transmettre des informations en direct. Aujourd’hui, ils n’ont besoin que de leur smartphone pour communiquer avec le monde entier. Le journaliste numérique doit être rapide et connaître les tendances économiques, sociales et culturelles du moment.

Travailler au sein d’une équipe

Il est très probable que le journaliste ait besoin de se coordonner avec d’autres collègues pour enregistrer, rédiger ou envoyer du contenu. Les plateformes de messagerie directe telles que Whatsapp ou Waze (plus utilisées en Amérique latine), sont de plus en plus utilisées comme méthode d’échange.

La capacité des membres de l’équipe à se comprendre et à appliquer des méthodes efficaces pour gérer leur temps sera essentielle pour livrer le contenu à temps et maintenir un rythme de travail régulier.

Être une référence pour votre communauté

Les professionnels de la communication qui ont su s’adapter à l’environnement en ligne sont devenus des journalistes de référence. Parmi plusieurs interprétations, être une référence signifie être une source à la fois pour les lecteurs et pour les journalistes eux-mêmes qui prennent ces informations comme valides, même s’ils les soumettent ensuite au débat ou à la réflexion. Pour ce faire, il faut se tenir au courant des dernières nouvelles et accroître progressivement sa visibilité. Il faut aussi, bien sûr, prendre soin de sa communauté d’adeptes en s’efforçant de la maintenir et de la faire grandir.

Connaître les réseaux sociaux

En tant que bon communicateur, vous connaissez les réseaux sociaux, vous connaissez les plus importants et vous vous y retrouvez dans le monde des médias sociaux. Un bon journaliste doit analyser le type de public de chaque réseau pour savoir à quel profil il s’adresse et, sur cette base, optimiser le message, les textes et leurs expressions. Générer le dialogue, poser des questions, faire des sondages et tirer le fil des utilisateurs les plus participatifs peut nourrir le journaliste pour publier un contenu pertinent, actuel et plus intéressant.

Être agile dans la rédaction de contenu (propre et pour les marques)

Les journalistes, en règle générale, ont une passion et un goût pour la lecture et l’écriture depuis leur formation. Pour cette raison et parce qu’il est supposé être plus rapide dans ce type d’objectifs, un journaliste numérique se distingue comme rédacteur pour les marques qui ont besoin de couvrir le contenu de leurs blogs et comme rédacteur de textes pour les pages de vente. C’est là que la connaissance de l’optimisation du texte pour le référencement et de l’optimisation du texte pour les conversions entre en jeu.

Être doué pour la technologie

Le smartphone est le meilleur outil du journaliste numérique sur le “terrain de jeu” : c’est son appareil photo, sa caméra vidéo, son enregistreur audio et son centre d’envoi de matériel. En bref, il s’agit de leur connexion au monde via les réseaux sociaux. La vitesse des réseaux l’exige et si vous voulez être le premier, il vous faut un journaliste capable de tweeter depuis son appareil mobile.

Les téléphones portables sont le muscle qui soutient l’épine dorsale du journalisme citoyen, qui partage aujourd’hui le devant de la scène avec le journalisme traditionnel. Le citoyen dit et illustre la vérité du point de vue du témoin désintéressé et c’est précisément cette qualité de ne répondre à aucun intérêt qui le rend encore plus crédible. Aujourd’hui, tout citoyen ordinaire peut devenir un reporter potentiel grâce à son smartphone et aux réseaux sociaux.

Adaptable à tous les styles

Si vous voulez postuler à plus d’emplois et obtenir plus de possibilités, vous devez être un journaliste numérique polyvalent. Je veux dire que vous devez être capable de vous adapter à n’importe quel style d’écriture (informel, formel, personnel) et à n’importe quel sujet (culture, société, économie, consommation, marques) car dans les médias en ligne, c’est plus nécessaire que jamais. Cela ne signifie pas que vous n’avez pas votre propre style ou que vous n’êtes pas spécialisé dans quelque chose de précis, mais gardez à l’esprit que, dans la plupart des cas, ils exigeront de vous de la flexibilité et de l’aisance dans une variété de sujets.

Être stratège de votre marque personnelle

Les journalistes numériques seront exposés aux médias en ligne et aux réseaux sociaux. Ils doivent donc travailler et consacrer du temps à leur marque personnelle. Les stratégies de personal branding vous aident à avoir une identité numérique correcte et adéquate, ce qui est essentiel pour vous démarquer et vous différencier des autres professionnels.

Les deux piliers de base qui soutiennent la construction de la marque personnelle d’un journaliste numérique sont : ses réseaux sociaux et son blog, comme moyen de créer du matériel, et les réseaux sociaux, un lieu d’interaction avec sa communauté de followers :

  • Avoir son propre blog : le monde des blogs offre des possibilités infinies aux personnes et aux marques et, avec l’hégémonie du contenu comme clé du marketing actuel, il est plus important que jamais. D’autres profils professionnels pourraient échapper à la nécessité d’avoir un blog, mais pas un journaliste. C’est une condition indispensable à l’exercice de leur profession, et à leur marque personnelle. Le blog vous permet d’avoir vos propres adeptes, qui ne doivent pas nécessairement être ceux du média pour lequel vous travaillez.
  • Choisissez un sujet à aborder : un blog vous permet d’exploiter tous les formats sans aucune limite. Vous pouvez accompagner votre article de vos propres photos, élaborer un rapport et le compléter par des vidéos… les options créatives sont infinies et elles ont toutes leur place dans un blog. Ne vous limitez pas, si en plus de l’écriture vous aimez la photographie journalistique ou voulez vous lancer dans l’audio, votre blog peut être la vitrine où vous pouvez accrocher votre travail sous ses différentes formes et tout sujet peut aider et apporter une valeur ajoutée à votre communauté.

Réseaux sociaux qu’un journaliste digital devrait gérer

Les réseaux sociaux offrent de nombreuses possibilités aux journalistes et, en fonction des caractéristiques de chacun d’entre eux, ils peuvent être utiles dans un but ou un autre. Voici une liste des réseaux sociaux les plus utilisés et recommandés pour les journalistes que vous devez connaître :

Twitter : le réseau social de l’information

Twitter est, à lui seul, le grand réseau des journalistes. Le nombre considérable d’utilisateurs, le pouvoir de viralisation, le volume et surtout l’immédiateté de l’information font de ce réseau un outil formidable pour les professionnels du secteur. Tout ce qui se passe hors ligne se reflète en quelque sorte sur Twitter.

De plus en plus d’institutions, de politiciens, d’entreprises, de personnages et de personnes de tous horizons publient sur Twitter, ce qui en fait automatiquement l’une des principales sources de documentation.

Ce sont les fonctions les plus utilisées de Twitter et les plus intéressantes pour un journaliste numérique :

Recherches avancées

Retrouver des informations, des données, des témoignages, de la documentation graphique ou des statistiques est l’un des défis du travail journalistique, si ce n’est la raison de son existence, afin de les transmettre à d’autres. Cette exploration trouve dans Twitter une mine de possibilités. Le journalisme citoyen est chargé de générer un quota très élevé d’informations, parfois valables, parfois moins valables, mais que le journaliste peut utiliser pour avoir plus d’éléments.

Analysez rigoureusement les données et opposez les informations avant de les incorporer à votre message. La validation des données et des sources a toujours été un autre des grands défis de cette profession et 2.0 ne va pas changer ce fait, peu importe à quel point nous entrons dans l’univers wiki.

Hashtags et sujets d’actualité

Tout néophyte sait ce qu’est un Trending Topic, et il suffit d’allumer la télévision pour être entouré de tags que l’on appelle désormais hashtags (#). Pourtant, ces deux concepts méritent d’être mentionnés si l’on parle de journalisme, car aucun autre réseau ne présente ce thermomètre naturel, ces termes qui deviennent soudainement une tendance spontanée et qui permettent a priori un balayage très simple.

Outils de surveillance et de suivi

Si un journaliste numérique a l’intention de faire un usage vraiment productif de Twitter et de tirer parti de toutes les ressources que ce réseau peut offrir, il devra manier des outils pour aller plus loin et trouver des données vraiment pertinentes. On peut distinguer 3 types d’outils :

Géolocalisation
  • Tweetmaps
  • Trendsmap
  • Mentionmapp
Recherche d’informations
  • Tweetping
  • Trendistic
Analyse du marché
  • Twazzup
  • Followerwonk
  • Twxplorer
  • Topsy
  • Kred

Sondages

Elles sont visuelles et simples, en 140 caractères et avec un maximum de quatre options de réponse possibles. Les journalistes numériques peuvent même créer leur propre sondage Twitter et l’ajouter comme donnée supplémentaire à leur article.

Insertion de Tweets

Comme il est possible d’intégrer des tweets par le biais d’un petit morceau de code html sur d’autres sites web, il est tout à fait normal de les utiliser pour illustrer des articles ou les enrichir. En fait, il existe de véritables listes, des collections de tweets qui constituent un article à part entière. Qu’ils soient utilisés mieux ou moins bien, en respectant la paternité et les droits ou non, la vérité est que depuis que Twitter permet cette possibilité, elle est beaucoup exploitée.

Utiliser des gifs sur Twitter

La fonction de microblogging est la marque de fabrique de Twitter, mais elle a évolué et atteint un aspect plus visuel à chaque fois. Jusqu’à très récemment, il n’était pas possible de voir une image dans toute sa dimension, aujourd’hui c’est possible. La vérité, c’est que les images se déplacent très bien sur ce réseau et qu’elles sont essentielles pour le journaliste numérique. Les images animées, les GIF, connaissent également un grand succès.

Publier des tweets avec des vidéos

Comme sur d’autres plateformes, ils gagnent de plus en plus en popularité. Vine fonctionne le mieux, mais YouTube propose des URL raccourcies qui peuvent être exécutées à partir de la TL elle-même sans quitter le réseau.

Étude de cas : du tremblement de terre du Sichuan à la loi sur l’enfant unique

En 2008, un tremblement de terre de magnitude 7,9 s’est produit dans le Sichuan, le plus fort tremblement de terre en Chine depuis 1950. Tragiquement, c’était une zone où il y avait beaucoup d’écoles. Les victimes elles-mêmes, pour la plupart des étudiants, ont transmis le tremblement de terre depuis leur téléphone portable sur Twitter, des textes de témoins, des photographies de bâtiments tombés, des vidéos…, une couverture médiatique si immédiate et complète qu’elle aurait été impossible à mettre en œuvre.

Alors que le tremblement de terre se produisait, il était diffusé sur Twitter. La BBC a appris la nouvelle du tremblement de terre par Twitter. Qui plus est, Twitter a annoncé le tremblement de terre plusieurs minutes avant que l’U.S. Geological Survey ne le fasse.

Je donne également cet exemple parce qu’il a suscité une vague de journalisme citoyen lorsqu’on a découvert que la raison pour laquelle les dégâts étaient si importants était qu’un groupe de fonctionnaires corrompus avait accepté de construire ces bâtiments scolaires à un prix inférieur à celui qui était nécessaire pour garantir leur qualité et leur sécurité.

Les fonctionnaires n’avaient aucun moyen d’arrêter les manifestations des familles. Une autre vérité de la politique chinoise devenait plus sérieuse au lendemain du tremblement de terre : la loi de l’enfant unique avait fait perdre à ces familles leur génération suivante pour de bon ; quand on a perdu son seul enfant, on est prêt à tout.

La nouvelle du tremblement de terre, les manifestations qui ont suivi et toute la longue file d’attente qu’elle a entraînée… elle a été transmise par Twitter, elle a été vécue sur Twitter. Pour un journaliste numérique, n’est-ce pas un rêve d’avoir toute cette avalanche d’informations sur son ordinateur ?

Storify : le réseau pour créer un historique des actualités

Il va de pair avec Twitter et est une plateforme en ligne qui fonctionne comme un mélangeur de nouvelles, vous permettant de composer un article, une nouvelle ou une histoire développée (storytelling) à partir d’informations provenant de différents réseaux sociaux. Il permet de mettre en relation des tweets, des mises à jour de statut, des liens, des vidéos ou des photographies qui traitent du même sujet ou sont liés les uns aux autres, en articulant une histoire contextualisée et cohérente.

Instagram : le réseau social de l’image

Instagram se distingue, par rapport aux autres réseaux sociaux d’images, par la possibilité de montrer le visage le plus humain des marques, y compris des marques personnelles, à travers une photo aussi basique qu’un selfie.

Lorsqu’un réseau social fonctionne comme l’a fait Instagram, il est difficile de savoir exactement pourquoi, mais l’une des clés pourrait résider dans la simplicité de son utilisation ou dans le caractère agréable de l’expérience utilisateur. Il permet d’éditer des ressources avec des résultats assez esthétiques en quelques secondes, comme cette touche vintage qui apporte l’option Polaroid. Il ne reste plus qu’à partager et à attendre les réactions. Tout ce qui est amusant, aime ça.

Les journalistes l’ont rapidement mis en œuvre pour couvrir ou suivre l’actualité, c’est-à-dire pour raconter des histoires ou se documenter. Instagram apporte cette touche créative et artistique à l’information.

Cas concret : Time Magazine, d’Instagram à la couverture du magazine

Le magazine Time a engagé cinq photographes pour couvrir l’ouragan Sandy en utilisant Instagram. Pour accentuer la stratégie, elle a utilisé l’une des photos qu’elle avait postées sur Instagram sur la couverture de la publication.

Logiquement, le journalisme citoyen a également été mis à contribution, et les habitants de New York ont également publié leurs propres images, afin que les journalistes puissent également suivre le passage de Sandy à travers ce matériel.

Facebook : le réseau le plus humain et le plus participatif

C’est le réseau social des amis et des relations plus personnelles, mais c’est aussi un canal de communication idéal pour tous les types de communicateurs et de journalistes numériques. Au sein de Facebook, nous pouvons créer ou participer à des groupes de toutes sortes (blogueurs, voyages, nourriture, voitures, beauté, livres) où nous pouvons nous connecter avec des personnes intéressées par un sujet pour dialoguer, partager des liens et encourager la participation.

N’oubliez pas d’utiliser les groupes pour rencontrer des utilisateurs intéressés par des sujets spécifiques et partager votre meilleur contenu. Cette compilation des 40 meilleurs groupes et communautés de marketing et de médias sociaux peut vous être utile si vous souhaitez entrer en contact avec des blogueurs, des professionnels en ligne et des gestionnaires de communauté.

Optimisation du référencement de tous les contenus

Le développement de l’internet lui-même génère quotidiennement d’énormes volumes d’informations et de données. Le défi n’est plus seulement de bien écrire, mais d’écrire pour être trouvé dans cette nébuleuse connectée. Dans un océan de titres et de mots, comment un journaliste numérique devra-t-il écrire pour être lu ?

Le moteur de recherche Google

Pour être lu sur Internet, il faut inévitablement être “trouvé” et le point de tangence entre le journaliste numérique et le lecteur passe par le mécanisme robotique des moteurs de recherche, principalement Google, principale source de trafic pour de nombreux médias en ligne. Ces moteurs de recherche agissent comme des filtres intermédiaires entre le lecteur et l’éditeur.

Les marques, dans leur empressement à être visibles, l’ont compris avant tout le monde et ont distingué deux façons d'”apparaître sur Google”. D’une part, en faisant de la publicité sur Internet via les campagnes de recherche Google Adwords (référencement payant, SEM). L’autre, que tout le monde aime, s’appelle le référencement et permet à votre contenu d’être affiché avec un positionnement organique, sans avoir à payer pour cela.

Les algorithmes de Google sont soumis à des changements constants, ce qui exige une formation continue en matière de référencement, de son incidence sur l’indexation du contenu et de la manière dont les lecteurs trouveront des informations sur Internet. En d’autres termes, une fois que le journaliste a été formé au référencement, il ne doit pas supposer que ces connaissances sont invariables ; il est important d’être au courant des nouvelles importantes et de la manière dont elles les affectent.

Que faire pour améliorer un positionnement SEO ?

Le journaliste numérique doit acquérir des connaissances en matière de techniques et d’astuces de positionnement sur le web pour rédiger des textes et des contenus plus visibles et générant le plus de trafic possible. Le référencement est constitué d’une série de stratégies et de techniques qui ont pour axe principal le web d’où provient le contenu. Il y a des actions plus complexes, comme l’indexation ou les problèmes de référencement sur page, et des actions plus basiques qui relèvent du bon sens.

Si vous voulez apprendre le référencement, je vous recommande de lire les 75 étapes du référencement et d’améliorer votre positionnement dans les moteurs de recherche Bruno et si vous aimez ce domaine et que vous voulez vous spécialiser, vous pouvez aussi choisir d’améliorer votre formation avec nous dans le cours en classe de référencement.qui a aussi sa version en ligne si vous êtes en dehors de Madrid ou si vous voulez le faire depuis chez vous.

Où appliquer les mots-clés

Peu de choses demandent plus d’efforts à un journaliste que le choix d’un TITRE percutant. Plus le titre a d’accroches, plus il a de chances d’être lu. Il s’agit d’une directive commune aux journalistes et aux journalistes numériques, mais outre le fait d’être attrayant, dans les médias en ligne, le titre doit comporter un maximum de mots clés en moins de 70 caractères.

Faites attention car les mots-clés ne doivent pas être uniquement dans le titre, vous devez également travailler autant que possible des aspects tels que :

  • Incorporez des mots-clés dans les sous-titres pour faciliter la lecture et le “balayage” du texte.
  • Configurez des urls conviviales, courtes et contenant les mots clés les plus pertinents.
  • Incluez des mots-clés dans le texte alt des images.
  • Mesurez la densité des mots, c’est-à-dire répétez les mots les plus importants : plus il y en a, mieux c’est.
  • Utilisez les caractères gras ou italiques.
  • Mettez autant de mots-clés que possible dans le premier paragraphe du texte.
  • Créez des titres SEO contenant un maximum de mots-clés en moins de 70 caractères.

Manipulation de WordPress et d’autres systèmes de gestion de contenu

WordPress est là pour rester et ce n’est pas étonnant : la facilité de conception, l’apparence de professionnalisme et la puissance de la plateforme, sont des vertus plus que justifiées. Ce n’est pas la seule option, mais c’est la meilleure. Le journaliste numérique doit maîtriser les plateformes de conception de sites web ou, au moins, être capable d’éditer et de publier du contenu avec facilité.

Un blog professionnel gratuit avec WordPress

Vous pouvez créer un blog à partir de rien et en moins de 5 minutes si vous choisissez l’option WordPress.com et si cela ne vous dérange pas d’héberger votre domaine sur un hébergement WordPress gratuit. Le seul inconvénient, pour ainsi dire, est que votre adresse web affichera le nom que vous avez choisi plus la signature wordpress.com. Exemple : “blogdeperiodismo.wordpress.com”.

Vous avez également la possibilité d’acheter votre domaine “blogpersonnel.com ou .fr” ou de passer à un autre hébergement, puis d’importer tous les contenus sans les perdre.

Modèles WordPress (thèmes)

Les concepteurs travaillent constamment à l’élaboration de nouveaux thèmes plus polyvalents qui répondent aux besoins des marques et du contenu qu’elles souhaitent transmettre à travers une image soignée et capable de convertir. Vous pouvez utiliser des modèles gratuits ou des modèles premium payants qui coûtent généralement environ 35 ou 40 dollars et qui offrent des fonctions de conception, des polices et des couleurs supplémentaires.

Plugins

Si vous prenez un hébergement et que vous passez à WordPress.org, vous aurez à votre disposition une vaste gamme de plugins pour couvrir tout type de fonctionnalité d’un site web. Il existe autant de plugins que de besoins et autant que les développeurs peuvent en imaginer. Il nous permet d’ajouter de nouvelles fonctions à votre site web sans avoir besoin de connaître la programmation.

WordPress est entièrement orienté vers le positionnement. Pour preuve, vous pouvez consulter cette liste de 40 plugins WordPress pour le référencement qui a certainement comme joyau de la couronne WordPress SEO by Yoast.

Maîtriser le marketing de contenu

Nous vivons dans une société de plus en plus visuelle, élevée comme nous le sommes dans la culture télévisuelle qui s’est maintenant transférée sur des chaînes comme YouTube, avec une offre de contenus sans concurrence avec la télévision elle-même. A ce type d’utilisateur, séduit bien plus par l’image que par la lettre, il faut préparer d’autres types de formats de contenu. Ce sont les plus utilisés :

Images et infographies

Le nouveau journaliste digital se voit imposer, sinon les tâches d’un graphiste, du moins une maîtrise assez avancée de l’édition et de la conception d’images de niveau moyen pour compléter et donner du sens aux textes des blogs et des réseaux sociaux.

La ressource des infographies a un poids vital dans les publications en ligne en raison de la rapidité et de l’attractivité de la synthèse d’un ensemble d’actions dans une carte visuelle. Ils ont généralement un grand impact sur les utilisateurs et peuvent aider à mieux assimiler un processus complexe.

Vidéos

La vidéo en tant que format de contenu gagne de plus en plus en force car l’utilisateur y voit un moyen plus facile et plus pratique de consommer. Le grand essor de YouTube, en fait l’une des clés du positionnement. C’est pour ces raisons, entre autres, que le journaliste numérique, dans son rôle de créateur de contenu, il est très utile de savoir monter des vidéos et de travailler avec fluidité.

Newsletters

Des mailings hebdomadaires/mensuels et l’envoi d’informations pertinentes à nos clients peuvent sans aucun doute les fidéliser et améliorer le lien entre l’utilisateur et la marque, ce qui, à l’avenir, nous donnera un plus grand volume d’affaires. C’est pourquoi la création de bulletins d’information personnalisés et thématisés en fonction de la période de l’année peut être une ressource pour communiquer et servir nos clients.

Emails

Le marketing par courriel est une stratégie efficace de vente et de fidélisation. Pour des milliers de marques qui proposent des services, la mise en place d’un bon service clientèle par e-mail est aussi cruciale que la vente et, si elle est mal faite, la perte d’un client pour toujours. Rédiger des modèles, des brouillons et répondre correctement pour transmettre la proximité et la convivialité peut être une tâche et une ressource pour les journalistes et les gestionnaires de communauté.

Diaporamas

Les diaporamas sont une autre ressource pour présenter une nouvelle de manière visuelle tout en vous permettant d’inclure des liens, des textes et d’autres ressources pour compléter le message. Slideshare est un réseau social où vous pouvez télécharger des power points ou créer de toutes pièces vos présentations afin de les insérer dans vos articles ou de les partager en ligne sur d’autres réseaux sociaux.

PDFs

La création de documents PDF reste utile si vous avez besoin de partager un document plus étendu ou complémentaire à ceux du blog. Vous pouvez utiliser ce format pour offrir un supplément à la fin d’un article de blog ou comme pièce jointe à une lettre d’information.

Ebooks

C’est l’un des formats du moment. Le livre traditionnel a cédé la place au numérique et constitue une ressource dont profitent de nombreuses marques et journalistes. Vous pouvez publier votre propre Ebook et le partager sur votre blog. Cela améliorera sans aucun doute votre notoriété et votre pertinence parmi vos adeptes.

“Au début, le journaliste était une personne qui collectait des données et les proposait aux autres. Aujourd’hui, ce dont nous avons besoin, ce sont des journalistes qui disposent de ces informations et qui savent aussi les présenter” – Philip Meyer, lauréat du prix Pulitzer.

Être un expert en copywriting

Tu as vu Mad Men ? Eh bien, à part les graphistes, les autres étaient presque tous des “copywriters”, c’est ainsi que les copywriters, les copywriters créatifs, ont toujours été appelés. Pour créer le package, l’offre qui est finalement proposée au client, les rédacteurs créatifs et les graphistes travaillent côte à côte, car logiquement la pièce créative n’est pas seulement du texte.

Qu’est-ce que le copywriting ?

Le terme copywriting vient d’une réalité où l’encre était le support publicitaire et où l’objet publicitaire en tant que tel était une annonce presse, une affiche. Logiquement, cette réalité a évolué vers les spots radio, les publicités télévisées, les grands panneaux d’affichage, les sites web, les contenus multimédias… bref, toutes sortes de formats derrière lesquels il y a toujours eu un rédacteur, car chaque mot devait être intentionnel, jamais choisi par hasard.

L’Inbound Marketing et le Copywriter

L’Inbound Marketing donne au rédacteur une autre connotation, une autre nuance, et le journaliste numérique lorsqu’il représente une marque, bien qu’il ne doive pas devenir un créatif de la publicité, doit maîtriser certaines techniques de copywriting. Il est important d’acquérir certaines compétences, concepts et clés pour parvenir à un langage capable de persuader la niche cible.

Le changement de carrière de Journaliste à Community Manager

Jusqu’à présent, nous avons parlé du journaliste en tant qu’informateur, en tant que chercheur d’informations, en tant que reporter ou correspondant. Certaines carrières sont sauvées, mais ce qui est clair, c’est que les frontières du journaliste en tant que professionnel et du publiciste et/ou marketeur sont clairement brouillées dans la figure du Community Manager.

Les avantages du métier de journaliste

Un pourcentage très élevé de professionnels formés au métier de gestionnaire de communauté sont issus du journalisme. La raison en est que la seule chose que vous ne pouvez pas apprendre à un spécialiste du marketing ou à un publicitaire, c’est à écrire. C’est précisément la capacité d’écrire qui fait apparaître le journaliste comme une figure attractive pour ce nouveau type de marketing qui implique le contact des marques avec leurs clients réels et potentiels par le biais du contenu et des réseaux sociaux.

Le gestionnaire de communauté, surtout dans les petites entreprises, doit posséder de plus en plus de compétences. Les médias sociaux ne sont plus un jeu et les entreprises le savent. Ils veulent des résultats, ils veulent des conversions, ils veulent des données ; sans perdre cette facette de gestionnaire de communauté que la marque est capable de générer, ce qui était le premier grand objectif de ce professionnel, qui surgit presque comme une extension du “Service Client” à un autre niveau.

Le journaliste réinventé en Community Manager a pour principal objectif de s’occuper des followers et des clients, de créer du contenu intéressant pour eux et de défendre les intérêts de la marque.

Que demande-t-on dans les offres d’emploi pour les journalistes ?

Avant de répondre, je vous propose de faire un voyage imaginaire dans le temps : à votre avis, que se passerait-il si nous retournions 20 ans en arrière et cherchions une offre d’emploi pour un journaliste dans la page des petites annonces d’un journal ? Quelles exigences académiques, quelle expérience et quelles compétences demanderaient-ils ? Et si nous comparions cette offre avec une offre actuelle ? Bon, je sais ce que vous pensez. Il semble que nous ne soyons pas confrontés à la même profession.

Peut-être est-ce une bonne idée de conclure ce billet par un échantillon réel de dix exemples d’offres d’emploi dans trois portails d’emploi différents, en l’espace de 20 jours, et qui illustrent assez bien quelles sont les compétences les plus demandées d’un journaliste numérique aujourd’hui.

Exemples d’offres d’emploi réelles

Société de conception éditoriale cherche journaliste (ou étudiant en journalisme)

Exigences :

  • Connaissance approfondie, maniement et expérience démontrable d’InDesign (niveau expert), Adobe Acrobat Pro (niveau avancé).
  • Expérience des médias écrits pour effectuer des tâches de mise en page, d’édition et de rédaction.
  • La connaissance de photoshop et des réseaux sociaux sera un atout.

Une société de conception éditoriale recherche un journaliste pour un stage dans un mensuel d’histoire

Exigences :

  • Anglais : niveau élevé (B2, C1 ou C2) à l’oral et à l’écrit.
  • InDesign. La connaissance de Photoshop et d’Acrobat sera très appréciée.
  • Gestion des médias sociaux
  • Rédaction de textes
  • SEO

Recherche un journaliste numérique pour un important média en ligne

Exigences :

  • Vous serez responsable de la rédaction, de la gestion et de l’optimisation du contenu relatif au style de vie.
  • Traduction de contenus en anglais et gestion des réseaux sociaux.
  • Acquisition et fidélisation des clients pour l’entreprise.

Recherche un journaliste digital

Exigences :

  • Rédaction et distribution de contenu numérique sur la santé
  • Générer des éléments de contenu commercial et rédactionnel en développant un argument ou une histoire qui suscite l’intérêt autour d’un sujet ou d’un produit de santé demandé.
  • Recherche proactive entre différentes sources (études de marché et concurrence)
  • Adaptation des textes aux différents formats numériques (fiche produit, post, réseaux sociaux, communiqué de presse, etc).

Recherche copywriter

Exigences :

  • Recherche un rédacteur web, un journaliste ayant de l’expérience dans la rédaction en ligne :
  • Blogs/ matériel d’entreprise/ descriptions de produits
  • Contenu de marque
  • Connaissance et expérience en : SEO/ Analyse du Web/ Médias sociaux

Web Financial Group recherche un journaliste junior disponible pour travailler les week-ends dans le cadre d’un contrat à temps partiel

Exigences :

  • Nouvelles élaborées et rédaction de sujets exclusifs
  • Gestion des réseaux sociaux d’entreprise
  • Soutien aux tâches d’acquisition d’audience
  • Aide à la rédaction de nouvelles pour les différents portails en langue espagnole.
  • Suivi de l’audience et élaboration des sujets en fonction de celle-ci.
  • Suivi de portails d’information économique et générale

Conditions préalables :

  • Diplôme en journalisme, avec une formation économique très appréciée-
  • Grande connaissance des questions liées aux événements sportifs très appréciée
  • Connaissance précieuse du marketing en ligne
  • Gestion de la suite Office, Google Analytics
  • Connaissance des principaux réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Google Plus)
  • Connaissance de l’anglais.

Résumé des exigences les plus demandées

  • Copywriting = SEO. Chaque fois que nous lisons “Copywriting”, cela implique la maîtrise des techniques de référencement car tout le monde veut “apparaître sur Google”.
  • Mise en page = compétences graphiques. Chaque fois que l’on dit “mise en page et édition”, cela implique des compétences graphiques, même si ce n’est pas expressément dit – car la gestion du contenu inclut la tâche de déplacer le contenu d’un format à un autre.
  • Médias sociaux = gestion des communautés. Chaque fois que je dis “réseaux sociaux”, cela implique un ensemble de tâches assez large, le Community Management n’est pas un jeu. Les réseaux sociaux nous obligeront également à maîtriser les outils d’édition graphique, car nous savons tous le soin qu’il faut apporter aux images pour qu’elles respectent, représentent la marque et soient également virales.

Changement de profession, mais mêmes objectifs et compétences :

Écrire pour communiquer avec les gens

Lorsque vous écrivez pour une marque, vous défendez les valeurs de cette marque et, surtout, vous créez du contenu pour attirer le consommateur, mais au bout du compte, vous poursuivez toujours le même objectif : écrire pour entrer en contact avec les gens. La différence est que le journaliste numérique devra également être capable de mesurer et d’analyser si son contenu génère une participation et des conversions.

Principales conversions dans les canaux en ligne

Chaque entreprise aura son propre type de conversion. Un élément de contenu peut être créé pour attirer les abonnés, comme des webinaires gratuits, des ebooks ou des tutoriels vidéo. Il peut s’agir de réaliser une vente directe, comme la quasi-totalité du contenu généré dans le cadre du commerce électronique qui vise à convertir la visite d’un site web en vente.

Sans porter atteinte aux dignités, après tout, qu’a toujours été un journal ? Les grands médias, qui deviennent de plus en plus grands et convergent vers des groupes de plus en plus forts, n’ont que des intérêts économiques.

Les grands journaux mènent constamment des études pour améliorer leur stratégie, qui, comme dans toute entreprise, vise à augmenter les marges bénéficiaires, et les journalistes ne sont qu’un facteur de plus qui doit répondre à ces intérêts s’ils veulent jouer dans leur équipe. Depuis toujours, lorsqu’un journaliste écrit pour un média, il soutient en quelque sorte les intérêts de ce média, de cette marque.

Cas concret : Le Washington Post implique ses correspondants dans les médias sociaux.

En 2015, le Washington Post a réussi à dépasser le New York Times en termes d’utilisateurs et de trafic web pour la première fois. Après le rachat du Washington Post par Jeff Bezos, le journal a proposé un projet à long terme pour regagner le terrain perdu face à ses principaux concurrents. L’un des principaux axes d’action est axé sur l’amélioration de la vitesse de chargement du site, qui a été réduite de 85 %, et sur la promotion de sa nouvelle sélection de blogs viraux.

Une autre des actions pour y parvenir réside dans une plus grande implication des médias sociaux. Plus précisément, le Post a intégré ses correspondants dans sa stratégie Instagram et Snapchat, en les invitant à utiliser ces plateformes de la manière la plus naturelle pour eux.

Derniers conseils

Au delà de l’écriture et du bien écrire, le journaliste numérique doit gérer d’autres types de compétences, que l’on veuille opter pour un emploi en entreprise ou que l’on décide de faire une carrière de freelance. Si vous êtes journaliste, ne vous découragez pas, bien au contraire ! Les nouvelles règles associées à l’internet et aux moteurs de recherche ont fait des journalistes des personnes recherchées pour leur capacité à écrire et à créer du contenu.

Découvrez également :