41 questions fréquentes en marketing

Fusion des profils et des pages de fans sur Facebook

Mare : Bonjour, une de mes amies a un magasin de mode, elle a créé un profil sur Facebook, j’insiste pour qu’elle change pour une page de fan, mais elle a peur de perdre ses contacts. J’ai lu que parfois on ne les comprend pas tous. Comment puis-je vous convaincre de les changer ?

Elena : Eh bien, c’est très simple. Ce que nous pouvons vous recommander, c’est d’essayer de migrer de ce profil vers une page. Dans ce cas, il y a donc de nombreuses garanties que vous pourrez transférer tous vos contacts sans problème. Attention, vous allez perdre le contenu. Dans ce cas, ce que vous pouvez faire pour le réutiliser, c’est le télécharger, qu’il y a une option dans le profil, et ensuite être capable de le réutiliser dans la page, au moins la chose la plus importante ou ce qui a le mieux fonctionné dans le profil.

Annonces sur Facebook

Paul : Que faire lorsqu’un client a peu d’argent à investir dans Facebook ? Est-il préférable d’investir cet argent pour obtenir plus de followers ou pour promouvoir une publication ?

Alicia : Je dirais tout d’abord que cette marque qui a peu d’argent ne devrait pas s’inquiéter car en principe, pour bien faire sur Facebook, il ne faut pas avoir un gros budget. En fait, la première chose que nous devons faire en tant que marque, le premier objectif, doit être d’essayer d’amener les clients qui vous connaissent déjà à participer à votre fan page. C’est votre objectif numéro un. Et pour cela, il faut faire de bonnes publications, avec un bon contenu, qui encouragent l’interaction.

Ensuite, si vous voulez investir un peu d’argent dans les publicités, entre ces deux options, la vérité est que la publicité pour obtenir plus d’adeptes est très bonne si la page de fans vient juste de démarrer. Si vous n’avez pratiquement pas d’adeptes, cela peut être une bonne option. Déjà par la suite, le type d’annonce qui consiste à promouvoir une publication fonctionne très bien, il est très efficace. Dans ce cas, je prendrais les publications les plus réussies jusqu’à présent, que nous pouvons trouver dans les statistiques, et je ferais la promotion de certaines de ces publications.

Positionnement sur le web

Esther : Est-il possible qu’un site web non officiel d’une entreprise soit positionné organiquement au-dessus du site officiel ?

Bruno : Parfaitement, parce que les raisons pour lesquelles une page est positionnée ne dépendent pas tant du fait qu’elle soit la page officielle ou non. Si une page non officielle reçoit plus de visites, si les gens restent plus longtemps sur cette page que sur la page officielle, si les gens la partagent davantage sur les réseaux sociaux, ce sont là des raisons bien plus valables pour que cette page mérite une place. Donc, officiel ou non, il faut faire de très bonnes pages avec un contenu que les gens aiment beaucoup, que les gens durent longtemps à lire et à partager.

Stratégie pour les médias sociaux

Marie : Qu’arrive-t-il à un client qui vous dit que ses acheteurs potentiels de produits ou de services ne sont pas dans les réseaux sociaux ? Vaut-il la peine d’insister pour lui créer certains profils ? Est-il possible, à cette époque, de se soustraire aux réseaux sociaux ?

Alicia : La première chose que j’essaierais de faire est de vérifier ou d’enquêter pour savoir si ce que dit la marque est vrai. En d’autres termes, j’essaierais de vraiment analyser le public cible de cette marque en fonction de facteurs tels que l’âge, le sexe, les goûts, les préoccupations, etc. et de vérifier si ce public cible n’est vraiment présent dans aucun réseau social. Si c’est le cas, je considère que les médias sociaux ne sont peut-être pas un domaine d’action dans ma stratégie de marketing, il y a peut-être d’autres domaines beaucoup plus intéressants pour moi.

Je pense que l’important ici est de faire comprendre aux marques qu’elles doivent être là où se trouve leur public cible, c’est-à-dire qu’elles doivent être présentes dans les réseaux sociaux où se trouvent leurs clients potentiels. Donc, s’ils ne sont pas sur les réseaux sociaux, alors hé, vous devrez être ailleurs.

Outils Twitter

Gloria : De tous les outils Twitter, quels sont vos préférés ?

Antoine : Tout d’abord, il existe de nombreux outils pour Twitter, mais au final, je pense que ceux qui sont vraiment utiles sont ceux que vous utilisez tous les jours et qui fonctionnent pour vous.

De tous, je voudrais tout d’abord souligner TweetDeck, qui est un outil permettant de surveiller l’activité en temps réel sur Twitter, c’est-à-dire de voir ce qui se dit autour d’un certain hashtag, de mentions, d’utilisateurs, de mots-clés, etc. Et cela vous aide à voir ce qui est dit, ce qui se passe à ce moment là sur Twitter.

Deuxièmement, Tweet Binder. C’est un outil qui nous aide à mesurer l’impact d’une campagne donnée. A tout moment, nous pouvons mesurer les statistiques, le nombre de tweets, les utilisateurs les plus actifs, etc. Je voudrais souligner que cet outil a un panneau très intuitif, très simple à utiliser, mais en même temps il est très puissant.

Enfin, il y a un outil que nous utilisons beaucoup ici, je l’utilise aussi beaucoup, c’est le Buffer. Vous pouvez l’utiliser pour programmer des tweets dans le temps. Donc si à un moment donné vous ne pouvez pas être là, sur Twitter, vous pouvez laisser ce contenu et ces tweets programmés à certaines dates.

Concours Facebook

Sandy : Que peut-on et ne peut-on pas faire lorsqu’on organise un concours sur Facebook ?

Elena : Eh bien, il y a beaucoup de débats ici parce que, bien sûr, il y a des entreprises qui suivent un peu les règles ou les politiques que Facebook a établies, mais il y a aussi un peu de tout.

Ce que je recommande donc, c’est surtout de ne pas forcer les utilisateurs à s’étiqueter dans les photos, ce qui n’est pas autorisé et est généralement pénalisé par Facebook, ni de forcer l’utilisateur à être un fan de la page pour pouvoir participer. Ce serait un peu ce qui n’est pas recommandé et ce que Facebook pénalise.

Ensuite, vous devez aussi prendre en compte le fait que si vous voulez faire un bon concours, vous devez très bien spécifier les règles, comment cela fonctionne, quel est le prix, l’âge des personnes qui peuvent participer, c’est aussi quelque chose que Facebook considère comme important, et bien, un peu aussi les dates du concours, l’âge que j’ai déjà mentionné et quel serait le prix final, les règles du concours. Tout cela devrait être publié à la fois sur la page Facebook et sur le site web de l’entreprise.

Publications sur Twitter et Facebook

Pierre : En suivant les indications de ce que j’ai appris sur Kakablog , j’ai réussi à passer de 1 à 3 visiteurs sur mon site web il y a deux mois au chiffre surprenant de 2 100 hier, mais je trouve qu’il manque quelque chose. Ma stratégie est essentiellement basée sur la publication d’articles sur des groupes Facebook qui pourraient vous intéresser, mais elle a l’inconvénient d’être très fluctuante. Question : Comment puis-je faire la même chose sur Twitter si je ne peux tweeter que mes followers ?

Bruno : Bien sûr, alors regardez, ce que vous faites avec les groupes Facebook est très bien, même si parfois cela peut être considéré comme du spam si ce n’est pas tout à fait pertinent et si ce n’est pas du tout ce que les gens recherchent dans ces groupes. Ensuite, il faut aussi le faire non pas de manière à le publier en masse mais en engageant la conversation, en posant des questions, en incitant les autres personnes du groupe à participer au débat…

Comment le faire sur Twitter ? Parce que Twitter est le réseau social où tout est public, c’est l’un des rares réseaux sociaux où tout peut être vu par tout le monde. Donc, au lieu de participer à des groupes, ce que vous allez faire, c’est participer à des hashtags et participer à des conversations. Il est vrai qu’au début, seules les personnes qui vous suivent lisent, mais si vous parlez à d’autres personnes qui ne vous suivent pas, que vous les mentionnez et que vous leur parlez, elles pourront le voir aussi. Parce que sur Twitter tout est public, tout le monde peut le voir, et participer à des hashtags nous arriverait exactement la même chose.

Stratégie du groupe Facebook

Pierre : Existe-t-il un outil Facebook qui me permette de publier dans tous les groupes à la fois pour me faire gagner du temps, puisque je le fais avec plus de cinquante groupes ?

Bruno : Eh bien, même si cet outil existait, je ne le recommanderais pas, parce qu’au final, nous allons avoir du spam dans tous ces groupes et dans ces groupes, vous serez inscrits comme publiant toujours de manière automatisée et de manière non personnelle. Ensuite, je définirais vraiment ces 50 groupes, les différentes caractéristiques de chacun, j’entamerais la conversation d’une manière différente et à des jours différents parce qu’il y aura des gens qui font aussi partie de beaucoup de ces groupes et ils ne seront pas contents si vous publiez la même chose partout à la fois. Il faut donc plutôt différencier la stratégie et aussi différencier les jours dans les délais de publication.

Comment apparaître sur la 1ère page de Google

Pierre : J’ai réussi à positionner un article du blog sur la page 2 de Google, mais il résiste à l’entrée dans la 1ère page de recherche. Que puis-je faire d’autre ?

Bruno : Eh bien, il y a un million de choses que vous pouvez faire. Mais si nous devions mettre en évidence les quatre ou cinq plus importants, concentrons-nous sur la durée de présence des personnes sur ce poste ou sur le contenu que vous avez, qui se trouve actuellement sur la deuxième page. Tout ce que vous pouvez faire pour augmenter la durée de votre séjour, cela augmentera radicalement votre position. Ensuite, le CTR, si votre titre est actuellement cliqué par, par exemple, 5 % des personnes qui le voient dans Google, vous allez essayer de transformer ce titre de sorte que plus de 5 % des personnes cliquent sur ce titre lorsqu’elles le voient. Lorsque nous améliorerons ce titre, Google détectera que davantage de personnes cliquent sur lui et il vous fera monter en position si ceux de la page 1 ont des CTR plus bas que vous. Le taux de clic est le CTR. Et puis, nous savons déjà que les liens partagés dans les réseaux sociaux, que le fait d’obtenir des liens, que d’autres sites web renvoient au site web que vous voulez positionner, va également être l’un des facteurs les plus importants. Sur plus de cent facteurs qui peuvent exister en matière de référencement, ces quatre que j’ai mentionnés seraient les plus importants pour améliorer les positions.

Conseils sur Google Analytics et SEO

Alain  : Bonjour, je suis journaliste indépendant. Nos articles sont analysés par Google Analytics (le comptage des visites), donc le positionnement SEO est vital dans notre activité. Quels conseils pouvez-vous me donner ?

Bruno : Eh bien, en me concentrant sur Google Analytics, je vous recommande de regarder quels sont les contenus qui durent le plus longtemps et ceux qui vous ont le plus lié à partir d’autres sites. Ce seront vos articles modèles et ceux que vous essaierez de répéter afin que vos prochains contenus soient bien positionnés.

Pour le reste, je vous dirai ce que nous avons déjà dit à Jésus. Prenez en compte ces 4 ou 5 choses comme le CTR, le temps passé, l’obtention de liens et le fait d’être partagé dans de nombreux réseaux sociaux. Cela va être énorme pour votre positionnement.

Positionnement sur le web

Joseph : La taille d’un site web est pertinente pour un positionnement plus rapide et meilleur par rapport à un petit site web, quels sont les facteurs décisifs pour un positionnement plus rapide ?

Bruno : Un grand site web a l’avantage d’avoir de nombreuses URL, et en fait quand on parle du positionnement d’une page, on se positionne pour chacune des URL que possède votre page. Si votre page est une page unique, appelée URL unique, vous ne pourrez vous positionner que sur un seul mot-clé car vous n’avez qu’une URL différente à positionner. Une boutique en ligne qui propose 3 000 produits et donc de nombreuses URL se positionnera éventuellement sur de nombreux mots-clés différents. La taille importe-t-elle ? Dans ce cas, c’est la taille qui compte. Il est évident qu’il faudrait alors parler de qualité. Mais, dans un premier temps, la taille est également un facteur important.

Contenu indexé et crawlé

Patricia : Quelle est la différence entre le contenu indexé et le contenu indexé ?

Antoine : Fondamentalement, le contenu indexé et le contenu indexé par crawl serait la même chose, car le crawl est le moment où Google envoie ses robots sur votre site et recueille des informations sur votre site. Mais il y a aussi indexation lorsque Google l’intègre déjà dans ses résultats de recherche. Peut-il y avoir des contenus qui sont explorés et non indexés ? En effet, il peut y avoir des contenus que Google a explorés et non indexés lorsque vous avez ajouté la balise meta « non-index » à ce contenu, à cette page web, à cet article, dans le code HTML. Ainsi, même si ce contenu est publié sur Internet, Google ne l’indexerait pas.

Publicité sur Facebook

Jessica : Si je n’ai pas dépensé tout l’argent de la campagne Facebook, puis-je l’utiliser pour une autre campagne, ou est-ce simplement gratuit ? À quelle fréquence pouvez-vous facturer ?

Elena : Je dirais qu’on n’est pas payé si on ne l’a pas dépensé pour cette campagne. Chaque campagne dispose d’un budget et si vous ne l’avez pas épuisé, vous ne serez pas facturé. Quant au moment de la facturation, dans le cas de Google, ce serait une fois par mois, c’est à ce moment-là qu’ils vous facturent. Dans le cas de Facebook, vous payez lorsque vous consommez le budget de la campagne.

Programmation sur Twitter

Jessica : Est-il possible de programmer des publications sur Twitter ?

Elena : Oui, c’est vrai. Comme Ernesto nous l’a déjà dit avec les outils favoris, par exemple je peux penser en ce moment à TweetDeck, Buffer et aussi Hootsuite.

Publicité sur Linkedin

Noémie : Recommandez-vous les campagnes de Linkedin pour promouvoir un service B2B, ou sont-elles trop coûteuses pour le résultat qu’elles donnent actuellement ? Des exemples de réussite ?

Elena : Oui, je vais vous dire quels sont les plus chers, en comparant un peu Facebook, Twitter et Adwords. Et il est vrai que beaucoup de gens ont peur ou hésitent à faire campagne sur Linkedin. Mais dites-lui aussi que si c’est un cours Business to Business et que c’est un cours pour les entreprises ou une entreprise qui a à faire avec différents partenaires, clients, entreprises dans cet environnement, oui vous pourriez être intéressé.

Ce que je vous recommande, c’est de faire des expériences, parce que dans la publicité, c’est ce qui fonctionne. Vous pourriez donc faire quelque chose de très intéressant, c’est-à-dire allouer le même budget, par exemple, à Linkedin, Twitter (si vous y êtes présent) et Google Adwords. Le même budget pour les mêmes dates et comparez sur quelle plate-forme vous avez réalisé les conversions les plus importantes. J’ai eu cette idée.

Fusion entre un profil et une Fan Page Facebook

Sarah : En fusionnant un profil d’entreprise et sa fan page, les publications de quatre ans ont disparu alors qu’elles avaient tout fait selon les étapes fixées par Facebook. Connaissez-vous un moyen de récupérer cela ?

Alicia : Eh bien, vous en avez déjà parlé un peu, Elena. Nous sommes vraiment désolés, Sahraouis, mais vous ne pourrez pas le récupérer. Une fois que vous avez fusionné un profil et une page de fan, il n’y a plus de retour en arrière possible. Et pour la prochaine, nous vous recommandons ce qu’Elena a dit précédemment : vous pouvez télécharger ces informations, les informations du profil que vous allez supprimer, vous les téléchargez préalablement avant de procéder à la fusion, vous créez un fichier et, d’une manière ou d’une autre, vous conservez au moins tout le contenu que vous aviez dans votre profil.

Présence sur les réseaux sociaux

Sarah : Nous savons tous que toutes les entreprises ne doivent pas être dans tous les réseaux. Avez-vous une formule magique pour convaincre les clients « nous devons être partout » que ce n’est pas le cas ?

Alicia : Vous avez mis le doigt sur une chose très difficile. Je dirais à l’entreprise : êtes-vous prêt à perdre du temps, de l’argent, des efforts et de la créativité ? Car si c’est le cas, allez-y et ayez un profil sur tous les réseaux sociaux. Mais si vous n’êtes pas prêt à le faire, il vaut mieux n’avoir une présence sur ces réseaux que pour vous permettre de vous connecter réellement avec vos utilisateurs et votre public cible.

Bruno : C’est l’erreur classique que nous avons entendue toute notre vie : « les réseaux sociaux sont gratuits, alors pourquoi ne pas être sur tous ? Non, les réseaux sociaux, c’est du temps. Et pour bien faire les choses, nous avons besoin de temps et d’un investissement de la part de l’entreprise. Si nous devons être présents, à l’exception de quelques situations qui pourraient survenir, il vaut mieux ne pas l’être.

Fernando : Avant de prendre de telles décisions, ils devraient d’abord analyser où se trouve leur public cible et où ils seront réellement utiles ou auront un retour sur leur investissement en temps et en ressources.

Tweets sponsorisés

Sarah : En ce qui concerne les images sponsorisées, sur Twitter, elles commencent à gêner de nombreux utilisateurs car elles disent qu’elles volent l’essence du réseau social. Qu’en pensez-vous ?

Alicia : Pour ma part, je comprends. Je me mets à la place des adeptes, parce que je suis aussi un utilisateur de Twitter, et je comprends qu’ils aient parfois cette pensée. Parce que quand vous allez sur Twitter, c’est pour obtenir des informations, pour vous tenir au courant, pour découvrir les sujets que vous aimez, et vous êtes très en colère parce qu’il y a un bombardement de publicité. Mais c’est là que les marques doivent recevoir l’attention qu’elles devraient accorder à une meilleure utilisation, je pense, des tweets sponsorisés. En d’autres termes, au lieu de faire des tweets sponsorisés qui sont à cent pour cent commerciaux, pour ne pas saturer les adeptes et ne pas les ennuyer, ce que nous devons faire, c’est faire des tweets sponsorisés avec un contenu de valeur qui les intéresse vraiment et qu’ils veulent vraiment voir.

Migration de site

Maurice : J’ai un blog actif dans WordPress depuis trois ans et je veux changer d’hébergeur. Est-ce difficile de faire cette migration ?

Fernando : Si vous ne l’avez jamais fait avant, la Guadeloupe, ce n’est pas insignifiant. Il y a deux étapes de base, la première est que vous devez changer vos noms de domaine, l’enregistrement du nom, le DNS, vers le nouvel hébergement et ensuite le transfert des fichiers physiques dans la base de données. Et ce genre de choses, puisque vous ne le faites pas non plus tous les jours, même si vous l’avez fait une fois, est généralement oublié de l’un à l’autre.

Ce que je dirais, c’est de ne pas s’impliquer. Regardez comment vous allez changer votre hébergement, regardez quel fournisseur vous offre une migration gratuite, la plupart d’entre eux l’offrent déjà, et qui plus est, si l’un ne vous l’offre pas, trouvez-en un autre qui le fait, car ils vont le faire immédiatement, ils vont faire la migration sans aucune douleur et, surtout, ils vont faire le changement de DNS, la propagation du DNS, beaucoup plus rapidement.

Comment ajouter un cadre à l’image d’un blog

Maurice : Est-il possible d’ajouter une bordure ou un cadre aux photos du blog pour les rendre un peu plus esthétiques ? Des suggestions pour améliorer l’aspect des photos ?

Fernando : C’était un combat. WordPress jusqu’à la version 3.9 comprenait une case à cocher qui permettait d’ajouter une simple bordure aux images, puis de la supprimer. Et cela peut se faire, de deux manières fondamentales.

Premièrement, vous pouvez modifier la feuille de style du thème que vous utilisez. Il s’agirait de créer une nouvelle classe dans la feuille de style du thème que vous utilisez, puis, à partir des propriétés avancées de chaque image que vous insérez, d’ajouter manuellement le nom de cette classe CSS. C’est la version hideuse, lourde et mesquine de la chose.

Et puis l’autre consiste à utiliser un plugin qui le fait pour vous automatiquement. Ainsi, le plus simple que j’ai essayé est celui qui s’appelle le WP i+border. Ensuite, dans vos paramètres, vous définissez les styles que vous voulez appliquer aux cadres. On peut appliquer des cadres très différents : style portrait, style photo, plus accrocheur, moins accrocheur, pointillé, tout. Et il va automatiquement l’appliquer à toutes les images et l’éteindre, le régler sur ces deux ou trois styles et vous l’aurez très facilement.

Applications pour ajouter des news

Alain : J’ai une autre question. En raison de mon activité de journaliste, j’utilise souvent Google news pour voir la position de mes articles et collecter des informations. Quel autre outil peut être utile ?

Antoine : Eh bien, pour remplacer Google news, nous en avons un que j’adore, appelé Flipboard. Il s’agit d’une application dont vous disposez à la fois d’une version pour ordinateur de bureau et d’une version pour appareil mobile qui vous permet, en quelque sorte, de concevoir un magazine où vous aurez votre contenu ajouté avec un format très visuel, un format très magazine. Vous pouvez tourner les pages, c’est très intuitif, très utile, cela vous permet de personnaliser le contenu, c’est-à-dire que vous pourrez vous abonner à toutes ces sources de contenu, blogs, journaux… Et, en plus, il y a une chose qui est assez bonne, c’est la possibilité de se nourrir de contenu 2.0, c’est-à-dire de contenu provenant des réseaux sociaux. Vous pourrez également partager ce contenu sur les réseaux sociaux, vous pourrez voir les publications que vos amis ont mises en place dans cette application, qui est aussi un peu un réseau social, et bien, d’une certaine manière je pense qu’elle est venue remplacer très bien les nouvelles de Google.

Fusion de plusieurs profils Facebook

Lola : Je vais diriger les réseaux sociaux d’une franchise mais chacun a son propre réseau social. Sur Facebook en particulier, pourriez-vous fusionner tous les profils en un seul ?

Alicia : Si nous parlons de profils d’utilisateurs, nous devons savoir que Facebook ne nous permet pas de fusionner plusieurs profils, je ne sais pas si vous voulez dire ça ou des pages de fans. Ce que nous pouvons fusionner, comme nous l’avons dit précédemment, c’est un profil et une page de fan, mais pas plusieurs profils. Si vous faites référence à des pages de fans, sachez que oui, vous pouvez en fusionner jusqu’à six au total, mais il y a certaines règles à ce sujet. Par exemple, si ces pages de fans ont une URL personnalisée, Facebook ne vous permettra de fusionner que celles qui ont une URL très similaire, n’est-ce pas ? Si elles ont une URL complètement différente, vous ne serez peut-être pas autorisé à fusionner ces pages.

Publicités Instagram

Ben : Récemment, Instagram a introduit la possibilité de publier des images sponsorisées comme sur Twitter et Facebook. Comment ce nouveau changement affectera-t-il les stratégies des entreprises et des utilisateurs des médias sociaux ? Sera-t-il positif ou négatif ?

Alicia : Je pense que c’est très positif. C’est vrai, Javi. Instagram faisait déjà de la publicité depuis plusieurs mois dans des pays tels que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni et a déjà annoncé qu’il commencerait à faire de la publicité sur Instagram en Espagne. En fait, hier ou avant-hier, il l’a communiqué à ses disciples. Je pense que c’est très positif pour les marques. Pourquoi ? Il est prouvé qu’Instagram est un réseau social en pleine croissance, que son taux de participation est très élevé et que c’est donc une très grande opportunité d’être là pour les marques. Et la possibilité de faire de la publicité est également fantastique. Vous pourrez inclure jusqu’à quatre images, qui seront vues sous la forme d’un carrousel, et vous pourrez ajouter à la fin, dans l’image finale, un lien vers votre site web avec différents appels à l’action. C’est donc génial.

Alors comment les utilisateurs vont-ils le recevoir ? Eh bien, écoutez, je sais qu’ils le reçoivent un peu mal, hier j’ai aussi vu des nouvelles que beaucoup manifestent et menacent de quitter la plate-forme. Je les rassurerais et leur dirais : « Ne vous inquiétez pas, les annonces qui apparaissent dans votre Instragram que vous ne voulez pas voir, vous pourrez les cacher. Comment ? Très facilement, les images sponsorisées sur Instagram auront un petit panneau dans le coin supérieur droit, qui indiquera « sponsorisé ». Ensuite, l’utilisateur, s’il ne veut pas voir cette annonce, il lui suffit de cliquer sur « sponsorisé » et l’annonce sera cachée de sa ligne de temps.

Fernando : Les gens se plaignent beaucoup de l’apparition soudaine de marques sur leur réseau social, de publicités, etc. Il est vrai que la plupart des réseaux sociaux que nous utilisons aujourd’hui sont du type horizontal appelé, qui sont d’utilisateur à utilisateur. Que se passe-t-il ? C’est une vitrine pour chacun d’entre nous en tant que marque, mais aussi pour les marques qui veulent se mettre en valeur, et surtout ces services coûtent de l’argent. Nous ne pouvons pas prétendre avoir un service performant pour partager nos photos, que quelqu’un crée une application que nous pouvons utiliser gratuitement sur nos téléphones portables et que cela est fait pour une raison altruiste, à moins qu’il n’y ait un parrainage dont nous ne sommes pas au courant, que les choses valent de l’argent et qu’elles doivent être payées d’une manière ou d’une autre. Si nous voulons continuer à avoir d’excellentes applications et d’excellentes alternatives à partager avec nos amis, nous devrons supposer que celui qui nous l’offre devra payer d’une manière ou d’une autre.

Bruno : Aucun d’entre nous ne dit que s’ils enlèvent les publicités de la télévision, nous arrêtons de regarder la télévision, n’est-ce pas ? Nous comprenons tous que, de temps en temps, il y a des annonces. Et nous ne prétendons pas qu’un journal ne diffuse pas de publicité ou que la radio ne diffuse jamais de publicité. C’est donc un environnement de plus, un canal de plus, et nous devons nous y habituer.

Fernando : En plus, alors nous sommes très Cainese. Nous nous plaignons qu’ils paient pour les services que nous offrons, mais que le service qui a décidé à un moment donné de payer pour son contenu ou son accès est tombé en ruine. Nous ne voulons pas être accusés, mais nous ne voulons pas non plus que ces personnes soient épargnées. Nous sommes assez chinois dans tout ce qui est Internet, il y a un concept selon lequel tout est gratuit sur Internet et ce n’est pas vrai, gratuit c’est tout ce que vous pouvez vous permettre d’offrir gratuitement.

Campagnes Adwords pour les ONG

Ana : Je vais collaborer avec une association à but non lucratif et pour ces entités, Adwords propose de la publicité gratuite mais je pense que ce n’est que du texte. Puisque vous ne transportez pas d’images, pensez-vous que ce soit aussi efficace ?

Elena : Bonjour Ana, je crois que vous faites référence à Google Grants, un programme conçu pour les organisations à but non lucratif ou les ONG. Google va leur offrir une certaine somme d’argent, assez importante d’ailleurs, à dépenser en publicité. Dans ce cas, c’est correct, d’accord ? Vous ne pourrez faire que des annonces de réseau de recherche. Dans ce cas, la caractéristique est qu’ils sont basés sur du texte, ils ne vont pas pouvoir faire des campagnes d’affichage, c’est une des normes des Google Grants. En tout cas, je leur recommande, s’ils ont la possibilité de le faire, de le faire, ce qui en vaut la peine car même si ce n’est que pour le texte, ils ont un énorme champ d’action, pour faire de la publicité, pour leurs mots-clés, pour voir différentes alternatives et pour se faire connaître. Donc, même si c’est un texte, je le recommande.

Fichier « robots.txt ».

Ana : Qu’est-ce que le fichier robots.txt ?

Fernando : Eh bien, c’est un fichier assez ancien, datant presque des débuts de l’Internet et c’est un fichier texte pur où le webmaster, vous-même Ana, peut ajouter un ensemble de règles où vous allez autoriser certains robots des moteurs de recherche, d’où le nom, à indexer ou non votre contenu. Ils vont le voir, ils vont le parcourir comme l’a dit Ernesto, mais voulez-vous qu’ils l’archivent, voulez-vous qu’ils l’indexent, parce qu’il est pertinent, parce qu’il n’est pas pertinent, parce qu’il va entrer en concurrence avec vos propres URL que Bruno a mentionnés précédemment ? Là vous décidez, là vous pouvez bloquer certains robots, en autoriser d’autres ou les autoriser tous. Et puis une autre chose très intéressante à propos de ces fichiers est que vous pouvez appliquer des règles pour que, par exemple, vous ne soyez pas indexé pour un dossier entier dans votre hébergement ou des URL spécifiques, etc. La création est assez facile, il existe de nombreux outils sur le Web où il suffit de rechercher « robot.txt creator », de le créer manuellement, de le télécharger sur votre hébergement et voilà. Vous le changez le jour où il est nécessaire et il n’est pas nécessaire de le changer tous les jours, simplement en fonction de votre stratégie de référencement ; vous devez analyser quelles sont les pages qui vous font perdre votre positionnement, etc.

Et puis si vous utilisez WordPress, ce que nous recommandons toujours, vous avez les plugins de référencement préférés ou les plus populaires qui sont actuellement disponibles, ils contiennent des outils à la fois pour créer un fichier robots.txt et pour le modifier, il est donc très facile de faire cette précision. Ce n’est pas quelque chose qui doit vous occuper longtemps, vous le faites une fois et, sauf problème, là vous l’avez pour toujours.

Gestion des sites qui ne nous convainquent pas

Elsa : Dans quels cas, en tant qu’experts, nous recommandez-vous de refuser de gérer un site web ? Comment distinguer ce qui pourrait être un défi professionnel de ce qui ne nous apportera certainement que des problèmes ?

David : Nous pensons qu’un site web qui a un système de fraude ou de tromperie derrière lui peut être une raison plus que suffisante pour nous de refuser de le gérer. Maintenant, si nous sommes indépendants, autonomes, il nous est très facile de dire au client que nous ne sommes pas intéressés par le projet parce qu’il le serait déjà. Un autre cas serait que si nous faisons partie de leur personnel et que nous sommes embauchés, bien sûr c’est une entreprise qui nous demande de faire des choses qui ne sont pas dans la loi, eh bien il dépendra de nous d’aller de l’avant ou non. Nous pouvons essayer de mettre en place n’importe quel défi et le relever. Parfois, nous pouvons constater que les personnes qui sont derrière le projet n’acceptent pas nos idées, nos contributions. Alors peut-être que ce projet sera quelque peu frustrant pour nous.

Recherche Google Adwords

Joseph : Une question sur la recherche Google Adwords. Nous savons que dans Adwords, il existe différents types de correspondances. Est-il utile d’inclure les mêmes mots-clés avec des correspondances et des offres différentes dans une campagne ? Par exemple, +food, +Thai, « Thai food » et [Thai food] ?

Elena : En fait, ce que vous proposez, c’est de combiner dans un même groupe d’annonces trois mots avec trois types de concordance : la concordance large, la concordance de phrase et la concordance exacte. Dans ce cas, si vous nous demandez si c’est souhaitable, je dirais non. Je pourrais faire des expériences, pourquoi pas, parce qu’en matière de publicité, je pourrais faire deux groupes, dans l’un je pourrais essayer cette stratégie pour voir si je vois quelque chose de différent d’un autre qui ne le voit pas. Mais ce que je vous recommande, c’est de décider si, par un mot-clé, vous voulez utiliser une concordance ou une autre.

Vous pourriez commencer par un large accord, car cela augmentera considérablement la visibilité de l’annonce et permettra aux personnes qui mettent ce mot ou une variante de ce mot de voir l’annonce. Mais ce qui est spécial et un peu intéressant serait d’avoir dans le groupe de publicités des mots en accord avec la phrase et en accord exact, car cela permet d’atteindre un public cible beaucoup plus spécifique. Vous savez que c’est ce qu’il cherche, il ne va pas s’amuser à mettre d’autres choses, à faire d’autres recherches. Je recommanderais, au lieu d’avoir les trois, d’en avoir deux : phrase et exact. Et pas toujours avec les mêmes mots, variant, ayant différentes variations du même mot-clé important.

Rentabilité des publicités et des mots-clés sur Facebook

Joseph : De nos jours, il est normal qu’une même campagne publicitaire soit diffusée sur différents réseaux sociaux en même temps. Je suis à la fois sur Facebook et Adwords, tous deux avec CPC. Quelles données dois-je comparer pour savoir lequel de ces canaux publicitaires est le plus rentable pour moi ?

Elena : Oui, parce qu’il est fondamental de comparer les dépenses de chacun, ce qu’ils investissent dans chacune des plateformes et les conversions qu’ils ont générées. Ce serait un peu un résumé général du fait important qu’il devrait obtenir.

Périscope utilitaire pour les marques

Liliane : Ma question porte sur le périscope. Comment en tirer parti pour une marque personnelle et pour une entreprise ? Quelle est son utilité et à quelle fréquence conviendrait-il de l’utiliser ?

David : Eh bien, la stratégie serait la même que pour tout autre réseau social et essaierait d’apporter un contenu de valeur à notre communauté. Si nous ne créons pas un contenu qui les satisfait ou qu’ils recherchent logiquement, notre stratégie à Périscope ne fonctionnera pas. La fréquence de publication dépend un peu du contenu que nous avons, non pas parce que nous voulons publier chaque semaine, mais parce que si nous n’avons pas de contenu qui pourrait vous intéresser, nous devons le faire. Les grandes marques, par exemple, publient une fois par semaine, mais si notre contenu n’atteint pas cette fréquence, rien ne se passera, nous pouvons le faire toutes les deux semaines, toutes les trois semaines, à condition que ce contenu soit le meilleur que nous puissions avoir à ce moment-là.

Conseils pour les entrepreneurs en ligne

Ben : Je connais des gens qui essaient de monter de petits projets hors ligne en utilisant l’environnement en ligne, avec peu de connaissances des médias sociaux et un budget très limité. Que faire des entrepreneurs qui se lancent dans l’aventure sans matelas ? Que leur conseillez-vous pour donner un premier élan à leur idée ? Où peuvent-ils commencer à se faire connaître ? Voyez-vous la nécessité d’un investissement considérable ?

Bruno : Eh bien, avec l’entreprenariat nous avons plusieurs problèmes actuels, on pourrait dire qu’ils sont sérieux, parce qu’il y a beaucoup de gens qui entreprennent par pure nécessité, parce que les médias, les collègues ou d’autres sources leur ont dit qu’entreprendre est la meilleure solution au chômage et ils entreprennent par nécessité absolue, souvent sans matelas. Je pense que c’est la pire façon de procéder. Nous devons entreprendre parce que nous avons une idée, parce que nous aimons ce que nous allons faire, parce que nous sommes capables d’y consacrer beaucoup de travail, ce sont là de bonnes raisons d’entreprendre et non par pure nécessité. Maintenant, les personnes qui le font et qui n’ont pas beaucoup de connaissances du monde en ligne, je leur recommande de se former, et si elles ne peuvent pas ou n’ont pas le temps et le budget, de lire beaucoup. Aujourd’hui, sur Internet, nous avons beaucoup d’informations pour tout savoir, les initiatives en ligne que nous pouvons développer pour différentes marques, qu’il s’agisse de marques personnelles ou d’un projet de petite entreprise.

Par où commencer si nous n’avons guère de connaissances ? Eh bien, les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, qui semblent être les idéaux à considérer au départ, il est facile de se tromper car nous pouvons voir beaucoup d’autres entreprises qui publient simplement tous les jours et font des choses sans stratégie, donc si nous ne lisons pas préalablement et ne nous informons pas un peu sur les stratégies à développer, c’est peut-être qu’en regardant simplement ce que font les autres, nous avons tort. Instagram peut également être l’un des réseaux sociaux les plus faciles à utiliser au début si vous n’avez pas ces connaissances. Et ce que je vous dirais sur les réseaux sociaux, c’est qu’au lieu d’utiliser les réseaux sociaux comme un haut-parleur où l’on pense qu’en publiant on va toucher beaucoup de gens, essayons d’avoir ces premiers clients, ces premières personnes qui connaissent l’entreprise, qui vous connaissent, qui sympathisent avec vous, et faisons en sorte qu’ils participent aux réseaux sociaux. Utilisez-les au début comme un canal de fidélisation. Et lorsque ces premiers clients vous seront fidèles sur les réseaux sociaux, c’est à ce moment-là que vous aurez des recommandations et que cela atteindra leurs amis et les autres utilisateurs de manière virale. N’utilisez pas les réseaux sociaux au début comme un haut-parleur.

Est-il nécessaire de dépenser une somme considérable pour travailler sur le marketing en ligne ? Au début, pas si nous y consacrons beaucoup de temps, mais le temps, c’est l’argent des affaires. Il faut aussi être réaliste et penser que si vos concurrents ou les entreprises qui offrent les mêmes services que vous investissent de l’argent, ils ont un avantage sur vous. Il est très difficile pour vous, sans rien investir, de convaincre d’autres entreprises qui investissent beaucoup. Ce n’est donc pas non plus le moment de faire des miracles en matière de réseaux sociaux et de marketing en ligne. Il est évident que les entreprises qui parient et dépensent beaucoup d’argent ont un avantage dans les réseaux sociaux et le marketing en ligne.

Des petites entreprises en ligne qui réussissent

Ben : Avez-vous déjà rencontré des campagnes en ligne d’entreprises qui n’avaient apparemment pas leur place dans ce domaine mais qui ont réussi à transformer une idée originale et réussie ? Si oui, pouvez-vous donner un exemple ?

Bruno : Avant tout, les meilleures campagnes que nous donnons toujours en exemple, que nous commentons avec nos élèves et que nous essayons d’imiter, sont celles où ils ont compté sur leurs clients, ont demandé à leurs clients d’envoyer des photos, d’envoyer des phrases, de se construire, qui ont construit de manière collaborative un grand contenu, en comptant sur d’autres blogs et d’autres références. Nous arrivons donc aujourd’hui dans le monde des contenus collaboratifs, des contenus qui sont véritablement axés sur le client, lorsque nous disons que le client est celui qui génère le contenu, le contenu généré par l’utilisateur. En fin de compte, avec un budget très limité, vous pouvez faire des idées très originales, que les clients se sentent satisfaits de participer et de faire partie de la marque. Tout ce que nous faisons où les clients ne sont plus des clients mais deviennent des ambassadeurs de la marque, tout ce qui vise à générer ce type de contenu, en sont des exemples phénoménaux.

Parfois nous parlons de succès, pas de réussite, parfois il semble que les chiffres seuls sont ce qui dit la réussite, mais parfois non. Par exemple, un chalet qui a 40 fans sur Facebook, on pourrait penser qu’il n’a pas eu de succès sur les réseaux sociaux parce qu’il n’a que 40 fans. Au contraire, il y a une maison rurale que nous mettons comme exemple dans nos cours qui, avec seulement 40 fans, est pleine toute l’année et a réservé toute l’année. Il n’est donc pas toujours nécessaire de toucher un grand nombre de personnes et de toucher des millions de personnes, mais parfois il faut toucher les bonnes personnes, qui s’intéressent à notre entreprise, qui s’intéressent à notre produit et qui sont capables de nous recommander à d’autres. Ce sont les bons exemples dans les réseaux sociaux.

Influence des médias sociaux sur le SEO

Henri : Dans quelle mesure les réseaux sociaux peuvent-ils influencer le référencement ? Et en ne considérant que Google Plus ?

David : Eh bien, c’est un peu une tendance, c’est ce qu’on appelle le SEO social. Qu’est-ce que le SEO social ? Diffuser le précieux contenu de notre blog dans les réseaux sociaux. Avec quel objectif ? D’abord, parce que nous allons avoir des visites sur notre site web, super, que Google aime beaucoup. Ensuite, parce que si ces publications que nous faisons sur les réseaux sociaux ont une interaction avec les utilisateurs, ont « Je t’aime bien », sont partagées, Google détectera qu’il s’agit d’un contenu de qualité, important et augmentera et améliorera un peu plus notre classement.

Ensuite, nous avons Google+ qui, logiquement, est la jolie fille de Google parce que c’est le leur et les publications que nous faisons sur ce réseau vont être un peu différentes du reste des réseaux sociaux. En outre, ils apparaîtront dans le moteur de recherche, lorsqu’un utilisateur effectue une recherche, nous avons la possibilité d’afficher la publication dans Google+ liée au poste.

Marketing en ligne pour les associations et les ONG

Eva : Nous parlons toujours de marques commerciales, qu’en est-il du troisième secteur des ONG, des fondations, des associations… Quel genre de messages et de campagnes peuvent leur être utiles dans les réseaux sociaux ? Parce qu’ils ne peuvent pas suivre tous ceux qui utilisent des publicités, n’est-ce pas ?

Alicia : Les ONG et toutes ces organisations non gouvernementales peuvent tirer beaucoup de choses des réseaux sociaux. Bien sûr, comme toujours, en proposant des contenus intéressants pour ses adeptes. J’ai noté quelques idées ici : raconter des histoires personnelles, des expériences liées à leur travail, avec leur quotidien, écouter leurs adeptes et les besoins de groupes spécifiques et concrets, c’est un bon moyen pour cela, soutenir d’autres causes justes, pas seulement les leurs, utiliser les réseaux sociaux pour mobiliser et organiser des bénévoles, se souvenir par exemple de l’impact qu’a eu le hashtag #15M.

Hier, en réponse à cette question, je regardais un peu sur Facebook, j’ai vu plusieurs organisations non gouvernementales telles que Médecins sans frontières ou l’UNICEF et elles ont beaucoup de fans. Mais pas seulement cela, ils sont très participatifs. Médecins sans frontières a plus de 600 000 « Je vous aime bien » sur son site web, ce qui a priori ne doit pas être un signe de succès, car il est souvent préférable que vos publications aient beaucoup d’interaction. Mais, en outre, la dernière publication qu’ils ont faite comportait 630 actions et 60 commentaires. Je pense donc qu’il y a beaucoup de place ici dans les médias sociaux pour ce genre d’associations, et ce sont bien sûr d’excellents canaux pour atteindre et communiquer avec vos partenaires.

Supprimer une page de Google

Paloma : Je veux supprimer une page que j’ai faite dans Google Plus et cela me fait très bizarre. Que dois-je faire ?

Elena : C’est très simple. Vous avez atteint la section typique qui apparaît lorsque vous souhaitez supprimer une page de Google+. Il vous suffit de cocher l’onglet « traînards » et l’onglet « oui, je veux supprimer ce compte ». Et « oui, j’accepte que je suis toujours bla bla bla ». Ne vous inquiétez pas, cela ne signifie pas que vous allez supprimer quoi que ce soit de votre propre chef, mais simplement que vous supprimez la page que vous avez créée et c’est tout. C’est très simple, bien qu’un écran très étrange apparaisse avec un message qui semble tout effacer, rien, c’est très simple.

Les meilleurs thèmes WordPress

Olivier : Quels sont les trois thèmes WordPress que vous recommanderiez en ce moment ?

Ernesto : Il est difficile de répondre à cette question, il y a autant de modèles que de designers, au final c’est une réponse assez subjective. Quels sont mes modèles préférés ? Eh bien, les modèles qui résolvent votre vie, ceux qui vous permettent d’affronter les projets avec toutes les garanties. Il y a certains critères sur lesquels je mets l’accent lorsque je choisis ce qui serait un modèle de prime par rapport à ce qui ne serait pas un modèle dit du meilleur.

Quels sont ces critères ? La première chose, c’est que vous avez de nombreuses démos, de nombreux sites web dans ces modèles, c’est-à-dire qu’avec ce modèle, vous pouvez construire des sites web très différents. On pense parfois qu’un modèle WordPress n’est bon qu’à faire des pages web qui sont toujours les mêmes, et ce n’est pas le cas. Un modèle premium comme celui-ci avec de nombreuses démos vous permettra d’aborder des projets très différents avec toutes les garanties. D’autres choses que je considère importantes dans le choix d’un bon modèle ? Que le style visuel est moderne, intégrant les dernières tendances en matière de design. Un autre aspect que je considère comme très important est le fait qu’il inclut un graphiste. Et qu’est-ce qu’un graphiste ? C’est un plugin qui vous permettra de concevoir vos contenus de manière très simple, en faisant glisser des éléments, etc. D’autres choses que je considère comme cruciales : qu’il dispose de plugins avancés, des plugins de ceux-ci qui sont normalement payants et qui permettent de faire des choses très intéressantes.

Enfin, les options de thème, les options de thème seraient toutes ces choses que je peux toucher dans le modèle sans avoir à aller dans le code, directement je avec une section d’options pourra changer les polices, les couleurs, les structures, etc, sans avoir à me compliquer beaucoup la vie.

Cela étant dit, après avoir fait cette introduction, je vais maintenant mettre en évidence ce que seraient pour moi les trois principaux modèles.

Pour faire un modèle d’entreprise ou pour faire un site web général, je mets en évidence Bridge. Mes étudiants de la classe WordPress et des cours en ligne le savent aussi parce que c’est celui que nous utilisons pour concevoir notre site web que nous faisons comme une pratique dans le cours, parce qu’il a beaucoup de démos, il a plus de 100 sites web que je peux construire, très différents les uns des autres. Il suffit d’un clic pour placer ce contenu dans mon installation WordPress et disposer de ce modèle pour travailler. De plus, il dispose de nombreuses options de thèmes, comprend des plugins avancés, etc.

En ce qui concerne les modèles de boutique en ligne, j’en souligne un qui est assez moderne et qui s’appelle Shopkeeper. Je l’aime surtout parce qu’il a un style visuel très avancé et moderne et parce qu’il me permet de choisir entre plusieurs structures très amusantes, très intéressantes, très audacieuses, qui sont un peu en dehors de ce qui a toujours été fait dans la boutique en ligne. Tous les produits que vous avez achetés ont toujours été sur la couverture, et ce type de modèle en offre un peu plus, vous permettant de faire des structures plus différentes.

Enfin, si vous voulez construire un site web de type magazine, un site web de type actualités ou même un blog, je mettrais en avant le modèle NewsMag. C’est un modèle qui vous permettra de mettre toutes sortes de contenus, il est très moderne et, comme dans le cas des deux autres, il intègre le plugin de mise en page visuelle qui vous permettra de changer ces contenus et de le faire très facilement.

SEO ou SEM

Patricia : Qu’est-ce qui est le plus rentable à long terme pour une entreprise, une campagne SEM ou une campagne SEO ?

David : Si nos objectifs sont à long terme, logiquement une campagne de référencement, même si nous conseillons de toujours faire du référencement. Penser qu’une campagne SEM a besoin d’un budget et que si notre rentabilité est destinée à durer longtemps, nous allons devoir y mettre un budget tout le temps. De plus, tout le travail que nous faisons dans le positionnement SEO sera toujours là et nous devons simplement maintenir ce positionnement SEO.

Mais pensez aussi à une chose, une campagne SEM qui est rentable peut être prolongée dans le temps. Si le retour sur investissement est positif, pourquoi ne pouvons-nous pas le garder pour X fois ? Tant que nous faisons des bénéfices, cette campagne peut être active. Par rapport à l’OSE, il n’est pas aussi rentable, mais si l’entreprise a un retour sur investissement positif, pourquoi ne pas le conserver.

Conseils pour la refonte d’un site web

Marie : Lorsqu’un site web est remodelé, les URL des entrées et des pages sont-ils conservés ? Le positionnement est-il maintenu ?

Bruno : Eh bien, ce serait l’une des questions les plus importantes lors de la refonte d’un site web. Vous devez conserver la structure URL de l’ancien site et, lors de la création du nouveau site, essayer de toujours conserver la même URL et la même structure de contenu. Si nous avons beaucoup changé le web et que nous avons perdu cette structure initiale ou que nous ne pouvons pas la maintenir pour une raison importante, il faudrait, au moyen de redirections 301, rediriger les anciennes URL vers les nouvelles. Ainsi, nous ne perdons pas notre position et vous gardez exactement la même que celle que vous aviez à l’époque.

Outils de référencement payant

Loïs : Je veux commencer à connaître en profondeur les outils de référencement payant et je suppose que le meilleur moyen est de souscrire à l’un d’entre eux pour l’utiliser dans le cadre de projets réels. Pourquoi me recommandez-vous de commencer ?

Bruno : Eh bien, dans les cours de référencement du cours de Community Manager, nous disons toujours aux étudiants que lorsqu’ils ont un client important ou lorsqu’ils vont avoir un entretien d’embauche très important, qu’ils devraient s’inscrire gratuitement pendant un mois à ces outils, comme Moz, Majestic, Ahrefs et d’autres, afin qu’ils puissent les aider à automatiser une série de choses que nous avons apprises dans le cours de référencement. Au lieu de les faire manuellement, ils vous sont donnés automatiquement par un outil et nous gagnons beaucoup de temps. Pour les grandes entreprises, il est également super nécessaire de disposer d’un tel outil. En fait, ils le demandent beaucoup dans les offres d’emploi, d’avoir de l’expérience avec ces outils, car cela leur fait gagner énormément de temps alors que c’est une très grosse charge de travail.

Lesquels dois-je recommander ? Pour commencer à utiliser un mois gratuit, je vous recommande Semrush, qui est un outil que nous utilisons et qui est la bombe. Non seulement il vous permet d’examiner votre site web en profondeur, mais il vous permet également de faire des recherches sur d’autres sites web de vos concurrents et de voir quels sont leurs mots clés et leurs titres qui obtiennent tant de visites. Et le deuxième outil que je recommande, qui est tout aussi bon, est Sistrix. Ce sont nos deux outils préférés en matière de référencement, avec lesquels nous étudions notre site web, étudions la concurrence et proposons une stratégie pour l’avenir.

Boutique en ligne, WordPress ou Prestashop ?

Paul : Si un client qui possède une boutique Prestashop, mais avec un modèle gratuit, souhaite améliorer son apparence, sa distribution, son contenu, etc., proposez-vous de migrer le contenu vers WordPress et de créer le site web, le blog et la boutique tous ensemble uniquement dans WordPress ? Ou est-il possible d’améliorer la boutique Prestashop d’une part et de faire un site web WordPress avec Accueil, Blog, A propos de nous et l’onglet de la boutique qui redirige vers la boutique créée dans Prestashop ?

Fernando : Voyons, le problème que vous avez, c’est que ce n’est pas un nouveau magasin. S’il s’agissait d’une nouvelle boutique, la recommandation serait de le faire dans WordPress, oui ou oui, car Prestashop est une application très puissante pour créer des boutiques, très spécialisée, mais elle n’a pas les caractéristiques de positionnement dans les moteurs de recherche que possède WordPress et que toute boutique facilite. C’est pourquoi il y a des gens qui, même s’ils ont le web dans WordPress et utilisent la boutique dans Prestashop, comme domaine principal, utilisent généralement Worpress pour hériter de la boutique WordPress.

Dans ce cas, s’il s’agit d’un changement, c’est une question d’apparence, et si le client n’est pas capable de gérer un changement de produit énorme (parce que le problème avec ces choses est que vous devez enregistrer tous les catalogues et qu’une importation automatique de Prestashop vers WordPress n’est pas disponible, donc vous devriez tout faire à la main), vous pourriez faire plusieurs choses.

L’une consiste à créer le site web comme elle le dit, dans WordPress, en ajoutant un nouvel élément de menu qui renvoie à la boutique, ce qu’elle vous donne déjà, donne une certaine autorité au domaine de la boutique et vice versa.

Et puis il y a aussi des plugins pour Worpress qui se connectent aux magasins Prestashop et permettent d’afficher le contenu du magasin comme le panier, les catégories, les produits vedettes, etc.

Une autre option serait, si vous avez déjà le domaine principal avec le magasin, de créer dans un dossier, d’y installer WordPress et de partager les menus quand même.

Duplication de contenu

Charlotte : Je voudrais savoir s’il s’agirait d’une duplication de contenu pour deux sites web avec des domaines différents dans des pays différents avec pratiquement le même contenu. La langue serait l’espagnol pour les deux.

Ernesto : Il s’agirait en effet d’un contenu dupliqué car, après tout, ces deux pages web se voient attribuer la même langue. Comment Google sait-il quelle est la langue d’une page web ? Il y a un petit code sur toutes les pages web, qu’un label appelé Hreflang. Ce code indique à Google la langue dans laquelle votre site est réalisé. Dans ce cas, deux sites étiquetés comme français, en partageant le même contenu, donneraient un contenu en double.

Référencement et sites web en différentes langues

Laura : J’ai une question sur le référencement, comment les blogs en différentes langues tombent-ils dans le panneau de Google ? Se positionnent-ils moins bien ?

Ernesto : En principe, le fait qu’un blog soit fait en différentes langues ne devrait pas influencer le référencement dans son ensemble. En fin de compte, ce que je dois faire, c’est travailler le référencement pour chacune des langues, en tenant compte du fait que je dois remplir le contenu de toutes ces langues. Je ne vais pas faire une page entière en espagnol et puis, par exemple, en ce qui concerne l’anglais, je vais la laisser à moitié terminée. L’idéal est de tout compléter et de faire fonctionner le SEO séparément. Mais il y a une chose que je ne recommande pas et que je vois souvent dans certains blogs, c’est de mettre le contenu directement sur la même page ou dans le même article dans les deux langues. Cela confond Google. Après tout, vous dites à Google que cette page est en espagnol et vous proposez ensuite un contenu en espagnol et en anglais, ce que je vous déconseille vivement.