15 étapes pour installer et configurer WordPress sur votre serveur

Bonjour, ceci est un guide étape par étape pour l’installation de WordPress sur votre serveur. Si vous envisagez de faire le saut de WordPress gratuit à WordPress professionnel, ce guide vous aidera sûrement beaucoup.

Si vous êtes nouveau à WordPress et que vous ne connaissez pas encore toutes les fonctionnalités, je vous recommande de consulter notre manuel WordPress.

Étapes à suivre avant d’installer WordPress

Enregistrer le domaine pour WordPress

Nous ne pouvons pas faire grand-chose si nous n’avons pas de domaine, une adresse que les utilisateurs peuvent taper dans leur navigateur pour venir nous rendre visite et parcourir notre contenu. La première chose à faire est donc de décider quel nom de domaine utiliser, avec quelle extension (.com, .fr, .org…) et où nous allons l’enregistrer.

Pour le positionnement, il est conseillé d’utiliser le .com bien que nous puissions opter pour une autre variante. Faites une étude préalable sur la concurrence que vous avez pour quels mots et essayez d’éviter les traits d’union et les noms difficiles à mémoriser (ils pensaient la même chose de Google à l’époque, alors ne faites pas trop attention à moi ;)) Si vous allez créer un blog personnel, vous pouvez utiliser votre propre nom.

Il est assez courant d’enregistrer des domaines auprès d’une entreprise (GoDaddy, LWS, OVH, etc.) et de faire appel à un autre fournisseur de services pour l’hébergement. Cela vous permet de centraliser tous vos domaines en un seul endroit et de pouvoir déplacer vos pages vers différents hôtes sans devoir procéder à des transferts de domaines, ce qui coûte de l’argent. N’oubliez pas qu’à partir du moment où vous enregistrez un domaine, vous devez attendre 60 jours pour pouvoir le transférer vers un autre bureau d’enregistrement.

Hébergement pour WordPress

Une fois que nous avons un domaine pour WordPress, nous avons besoin d’un hébergement, un dossier avec un certain espace hébergé sur un serveur fiable qui assure une disponibilité à 100%, c’est-à-dire que notre site web est toujours accessible. Pour installer WordPress, il est essentiel que l’hébergement nous donne un support pour les bases de données php et MySQL.

Si votre hébergement ne peut pas vous offrir cela, je vous recommande de changer maintenant si vous voulez installer WordPress. Nous avons essayé de nombreux hébergements, les conclusions que nous avons tirées jusqu’à présent sont assez évidentes : un bon hébergement est payant. Les prix ne sont de toute façon pas très élevés et vous vous éviterez des problèmes.

De nombreuses sociétés d’hébergement sont spécialisées dans WordPress, ce qui permet de résoudre plus rapidement tout problème concernant un certain plugin, une base de données, etc. Fortement recommandé si vous débutez et ne voulez pas de complications. Nous vous recommandons OVH, LWS ou Namecheap.

En règle générale, lorsque vous contractez un nouvel hébergement, le prix comprend généralement l’enregistrement d’un nouveau domaine. Si vous optez pour le forfait complet (domaine + hébergement), il vous dédommagera en louant le tout auprès du même fournisseur. Une fois l’achat effectué, vous recevrez un e-mail avec vos données d’accès. Gardez-le bien et ayez-le à portée de main, car dans les premiers temps, vous devrez l’utiliser beaucoup. Vous recevrez des informations pertinentes dans ce courrier électronique :

  • Accès aux données de votre panneau de contrôle d’hébergement. En général, vous trouverez deux types de panneaux de contrôle : cPanel et Parallels Plesk. Elles sont similaires et il ne devrait pas vous falloir longtemps pour vous familiariser avec les fonctions les plus courantes.
  • Serveurs de courrier électronique. Dans ce courrier, vous trouverez les informations nécessaires à la création de votre premier compte de messagerie et les données permettant de configurer les clients de bureau tels qu’Outlook ou Mail.
  • Données FTP. L’accès FTP à votre serveur vous permet de voir les répertoires des dossiers que vous créez et le contenu de chacun d’eux, il est similaire à un explorateur Windows. Vous aurez besoin du nom du serveur (pendant les premiers jours, vous utiliserez un numéro IP et peu après vous pourrez utiliser votre domaine WordPress comme nom de serveur, cela concerne la propagation du DNS), de l’utilisateur FTP qui sera créé pour vous par défaut et du mot de passe. Vous pouvez également accéder à vos dossiers par le biais du panneau de contrôle.
  • Ils spécifieront également le DNS de votre nouveau serveur, afin que vous puissiez y rediriger d’autres domaines que vous avez enregistrés en dehors de cet hébergement.

DNS : Configuration du domaine pour WordPress

Le DNS répond au serveur de noms de domaine, c’est la façon dont un domaine, tel que mondomaine.com, me redirige vers le bon dossier hébergé sur mon serveur et contenant mon site web. Il serait très difficile

apprendre l’adresse d’une page web par le numéro IP qui identifie ce dossier dans un serveur, de type XXX.XX.XXX.XXX Un lancer de dés.

Je suis également autorisé à faire pointer mes domaines vers le dossier de mon choix. Donc, si vous avez déjà votre domaine WordPress enregistré dans un autre hébergement, il est temps d’accéder au panneau de contrôle de ce domaine et de lui attribuer le DNS de mon nouveau serveur.

N’oubliez pas que le navigateur peut mettre un certain temps avant d’avoir suffisamment d’informations pour me faire passer de ce nom de domaine à l’adresse IP correspondante. Cela peut prendre jusqu’à 24 heures, mais en réalité quelques heures suffisent généralement.

Si vous souhaitez ajouter un domaine supplémentaire à votre hébergement, par exemple un domaine que vous avez chez un autre bureau d’enregistrement ou pour installer un autre site web à partir de zéro dans WordPress, vous devrez ajouter un domaine supplémentaire dans le panneau de contrôle cPanel.

Il s’agit d’un processus simple que vous trouverez dans l’option « Domaines > Domaines supplémentaires (ou addon domains) ». Il vous suffit d’attribuer le DNS de votre serveur à votre domaine, quel que soit l’endroit où il est enregistré.

Notez qu’un hébergement a généralement un domaine principal installé dans le dossier racine et que les autres domaines sont considérés comme supplémentaires, bien qu’ils fonctionnent de la même manière que le domaine principal, à la différence près qu’ils vont chacun dans leur propre dossier.

Accès FTP : gestionnaire de fichiers

Lorsque vous installez WordPress, vous aurez beaucoup de plaisir à télécharger des fichiers sur votre serveur. Et à l’avenir aussi, qu’il s’agisse de WordPress lui-même, d’un modèle que vous avez téléchargé ou d’un plugin qui ne peut pas être installé de la manière la plus simple.

L’une des deux options dont vous disposez pour l’accès FTP se fait via votre panneau de contrôle, votre cPanel, votre Plesk ou équivalent. Vous y trouverez une section faisant référence aux fichiers et le bouton « Gestionnaire de fichiers ». Grâce à elle, nous pouvons nous connecter aux dossiers que nous voulons contrôler. Une fois qu’on y est, on peut télécharger des fichiers, les déplacer, les supprimer, etc. Il est utile de pouvoir télécharger des fichiers au format .zip et de pouvoir les extraire une fois qu’ils ont été téléchargés.

Accès FTP : gestionnaire ou client FTP

L’autre possibilité pour se déplacer entre le bureau de votre ordinateur et le dossier de votre serveur est de passer par des programmes FTP, des clients, des gestionnaires. C’est l’option que j’utilise habituellement car je me débrouille mieux que par le gestionnaire de fichiers du panneau de contrôle. Le plus courant est FileZilla, bien qu’il y en ait plusieurs et qu’ils soient tous similaires.

Les étapes de configuration de l’accès seront communes à tous : créer un nouveau site ou une nouvelle connexion et introduire les données fournies par notre fournisseur d’hébergement (les données d’accès FTP). Ne vous connectez pas en tant qu’utilisateur anonyme, utilisez l’option normale. Si tout est correct, vous devriez pouvoir vous connecter à votre dossier racine. Nous examinerons le contenu de votre hébergement plus tard, lorsque nous installerons WordPress.

Installation de WordPress

Téléchargement de WordPress.org

Eh bien, pour résumer, nous avons un nom de domaine enregistré qui pointe vers un DNS qui nous a été donné par notre fournisseur d’hébergement. De plus, nous avons loué un hébergement et nous avons reçu un e-mail avec toutes les informations nécessaires pour fonctionner par FTP, se connecter au panneau de contrôle, créer des comptes de messagerie et ainsi de suite… Parfait. Nous avons vu comment se connecter par FTP et la connexion fonctionne.

Il est temps de visiter WordPress.org et de télécharger le fichier qui contient le système, le logiciel que nous allons installer dans le serveur. C’est environ 6 mégas, donc ça devrait être rapide. Je vous recommande de télécharger la version anglaise, même si vous voyez un lien qui suggère de la télécharger en espagnol. C’est probablement mon propre truc, mais après quelques installations, j’ai décidé de toujours installer dans la langue d’origine, l’anglais, et de ne modifier que les fichiers nécessaires pour afficher le panneau de contrôle dans la langue souhaitée. Tout en téléchargeant le premier, vous pouvez continuer à télécharger le second, en espagnol, qui aura quelque chose comme « es_ES » inclus dans le nom du fichier.

Une fois le .zip (anglais) téléchargé, extrayez le contenu et téléchargez tout (TOUT ce qui contient le dossier « wordpress ») dans le dossier public de notre serveur. Attention, ne téléchargez pas le .zip à moins de le faire par le navigateur de fichiers du panneau de configuration. Si vous le faites via un gestionnaire FTP, téléchargez uniquement le contenu du dossier « wordpress ». Quel est le dossier public dans lequel je dois télécharger les fichiers ? Vous le reconnaîtrez facilement, bien que chaque serveur puisse avoir un nom différent, ils répondent toujours à l’un de ceux-ci : « public_html », « http_docs », « httpdocs », « www_public » … Dans tous les cas, cette information est généralement fournie dans le courriel dont nous avons parlé précédemment, qui nous envoie le fournisseur de services d’hébergement pour le louer. Nous allons voir quelques phrases comme celle-ci :

Entrez votre domaine par FTP. Une fois connecté, vous accédez au dossier racine où se trouve un dossier appelé : httpdocs. Cliquez deux fois sur le dossier httpdocs qui est l’endroit où vous DEVEZ TÉLÉCHARGER LE WEB.

Dans tous les cas, si nous avons des doutes, le mieux est d’envoyer un courriel à l’hébergeur, il nous répondra sûrement rapidement.

Création de la base de données dans WordPress et l’utilisateur

Pendant que nous téléchargeons les mille et un fichiers qui constituent notre installation de base de WordPress, nous pouvons passer en revue quelques éléments de notre panneau de contrôle du serveur. Plus précisément, nous allons créer la base de données et son utilisateur correspondant. Cette étape est essentielle pour que notre Worpdress commence à fonctionner et nous devons bien le faire. Ne vous inquiétez pas, c’est facile, je vous recommande d’écrire les données que nous allons utiliser maintenant sur un morceau de papier, dans un moment nous en aurons besoin et avec tant de comptes et de mots de passe, il n’est pas difficile de s’impliquer.

Vous verrez dans votre panneau de contrôle une section faisant référence aux bases de données MySQL. C’est là que nous en créerons un nouveau. La première chose à faire est de lui donner un nom, de s’assurer qu’il est en quelque sorte identifié avec le domaine pour lequel nous le créons, juste pour que vous sachiez clairement lequel est lequel si vous en avez plusieurs et que vous voulez en exporter un pour faire des sauvegardes, etc. En règle générale, le nom de la base de données dans WordPress aura la forme suivante : « mydomain_exemple ». La première partie du nom est automatiquement créée sur la plupart des serveurs WordPress. Nous appuyons sur le bouton « Créer une base de données » et la première partie est déjà terminée. La deuxième partie, comme nous l’avons dit précédemment, consiste à créer un utilisateur pour cette base de données dans WordPress. Dans cette même fenêtre, vous avez probablement une section pour créer des utilisateurs, écrire un nom et un mot de passe (n’oubliez pas que le nom est également identifié d’une certaine manière avec le domaine, juste pour que ce soit clair) et créer l’utilisateur. La seule chose qu’il reste à faire est d’attribuer à cet utilisateur le contrôle de la base de données que nous avons créée en premier, en utilisant l’option « ajouter l’utilisateur à la base de données », de sélectionner les champs et de les attribuer. À un moment donné, il vous sera demandé quelles autorisations nous voulons donner à l’utilisateur, nous sélectionnerons toujours « toutes les autorisations ». C’est fait ! A autre chose.

Installation de WordPress par le navigateur

Base de données créée avec l’utilisateur et toutes les permissions attribuées, fichiers WordPress téléchargés dans le dossier public de notre serveur. Oui ? Eh bien, nous allons installer WordPress, ce qui revient à dire à ces fichiers où se trouve la base de données, comment elle s’appelle et qui va l’utiliser. Essayez d’écrire votre domaine dans un navigateur, vous devriez voir un écran avec le logo WordPress et quelques cases où vous devez compléter les informations de la base de données. Si vous n’arrivez pas à l’écran de démarrage de l’installation en tapant votre domaine, il est probable que le DNS ne s’est pas encore propagé. Essayez de taper :

http://mondomaine.com/wp-admin/install.php

Une fois sur l’écran d’installation, vous verrez ce qui suit :

  • Nom de la base de données. Rappelez-vous le préfixe avec le « _ », style « mondomaine_exemple ».
  • Nom d’utilisateur de la base de données. Jetez un coup d’œil sur le papier où vous avez écrit cela et si vous ne l’avez pas fait, vérifiez dans votre panel, dans la section de la base de données MySql.
  • Mot de passe de la base de données.
  • Hôte de la base de données. Fait référence à l’emplacement de la base de données. En règle générale, le « localhost » par défaut fonctionnera. Pour certains (rares) hébergements, il est nécessaire de le changer, par exemple je l’ai vu dans 1and1. Vous retrouverez ces informations dans votre panneau de contrôle, dans la base de données que vous avez créée. Dans l’exemple de 1and1, il s’agit généralement de quelque chose comme ceci : dbxxxxxxxxx.db.1and1.com. Je répète que normalement vous n’avez pas à y toucher, localhost fonctionne sur la plupart des serveurs WordPress.
  • Préfixe pour les tableaux (préfixe de tableau). Nous laissons cette option par défaut avec le préfixe wp_. Pour les installations plus complexes, vous pouvez modifier ces données, qui se réfèrent à l’en-tête du nom des tables de notre base de données dans WordPress, pour le moment nous ne nous en soucions pas.

L’ajout de ces données devrait permettre d’établir sans problème la connexion entre notre WordPress et la base de données. Si pour une raison quelconque, cela ne fonctionne pas, la première chose à faire serait de vérifier que nous avons saisi les valeurs correctement, en réécrivant soigneusement le nom de la base de données, le nom d’utilisateur et le mot de passe. Il faudrait aussi s’assurer que la valeur de localhost est correcte, demandez à votre hébergeur. À ce stade, nous modifions un fichier dans notre WordPress, plus précisément le « wp-config-sample.php », que vous trouverez dans le niveau supérieur de votre dossier public. Si vous ouvrez ce fichier avec un éditeur de texte (je recommande Text Wrangler, uniquement pour Mac, ou NoteTab pour Win, la version Light est gratuite), vous verrez qu’il y a quelques espaces pour remplir ces données que nous étions en train de remplir :

  • // ** MySQL settings – Vous pouvez obtenir ces informations auprès de votre hébergeur ** //
  • /** The name of the database for WordPress */
  • define(‘DB_NAME’, ‘mydomain_exampleb’) ;
  • /** MySQL database username */
  • define(‘DB_USER’, ‘mondomaine_user’) ;
  • /** MySQL database password */
  • define(‘DB_PASSWORD’, ‘password’) ;
  • /** MySQL hostname */
  • define(‘DB_HOST’, ‘localhost’) ;

Si vous avez des problèmes, vous pouvez essayer de les résoudre à la main avec l’éditeur de texte, enregistrer le fichier sous « wp-config.php », le télécharger dans votre dossier public et c’est tout.

Je suppose que tout s’est bien passé jusqu’à présent, finissons l’installation. Cliquez sur « Suivant » ou « Soumettre » et passez à l’écran suivant. Vous avez presque tout fait. Il suffit de compléter les informations de base de notre site : le titre, l’utilisateur, changer le « admin » que vous aurez par défaut et lui donner votre propre style de nom d’utilisateur « N0m3redeU7uaRi0 » ou une combinaison compliquée à laquelle vous pouvez penser et dont vous pouvez vous souvenir, prenez au sérieux la sécurité de votre nouveau WordPress, faites donc quelque chose de similaire avec le mot de passe. Saisissez votre adresse électronique, qui ne sera utilisée qu’à des fins administratives, essentiellement pour recevoir des notifications concernant votre site et cliquez, ou non, dans la case pour permettre à votre site d’être indexé par les moteurs de recherche. Si vous êtes encore en train de le façonner et de créer du contenu, vous devriez peut-être attendre un peu pour activer cette fonction plus tard.

C’est tout, votre panneau d’administration WordPress devrait s’afficher en douceur, en anglais, et votre site en direct ressemblera au modèle par défaut.

Configuration de la nouvelle installation de WordPress

Changer la langue de gestion de WordPress

Il est temps d’utiliser le fichier .zip « es_ES » que nous avons téléchargé il y a quelque temps. Extrayez-le sur votre disque dur et localisez le dossier « wp-content > languages ». Vous y verrez plusieurs fichiers, six probablement, qui contiennent l’expression « es_ES » dans le nom. Nous devons les télécharger via FTP dans leur dossier correspondant dans l’installation de WordPress. Le chemin sera le même, mais par FileZilla ou similaire : « wp-content > languages ». Le dossier ne sera certainement pas créé, il faut donc le faire : cliquez sur nouveau dossier (ou répertoire) et nommez-le exactement comme celui de votre disque dur « languages », copiez les fichiers de traduction dedans et c’est tout. Il ne reste plus qu’à modifier à nouveau le fichier « wp-config.php » et à indiquer à WordPress quelle traduction utiliser. Nous ouvrons ce fichier avec un éditeur de texte et localisons ces lignes :

/**
* WordPress Localized Language, defaults to English.
*
* Change this to localize WordPress. A corresponding MO file for the chosen
* language must be installed to wp-content/languages. For example, install
* de_DE.mo to wp-content/languages and set WPLANG to ‘de_DE’ to enable German
* language support.
*/
define(‘WPLANG’, »);

Cette dernière ligne devrait ressembler à ceci :

define(‘WPLANG’, ‘fr_FR’) ;

Nous enregistrons le fichier et mettons à jour le navigateur, vous verrez que la langue du panneau d’administration a changé.

Disposition du dossier WordPress sur votre serveur

Passons brièvement en revue la structure des dossiers de Worpress, afin que les premières fois où vous aurez à vous y plonger soient plus faciles.

Dans le dossier public de votre serveur WordPress s’il s’agit de votre première installation, ou dans le dossier du domaine que vous avez ajouté, vous verrez une liste de fichiers php, certains .txt, .html et un .htaccess, si vous ne la voyez pas, essayez d’activer l’option « Afficher les fichiers cachés » dans votre gestionnaire FTP, si vous ne la voyez pas non plus, vous devez créer un fichier texte et le nommer « .htaccess ».

Nous avons déjà vu à plusieurs reprises que nous avons dû modifier le fichier « wp-config.php ». En principe, je ne pense pas que vous ayez besoin de modifier d’autres fichiers que ceux que nous y voyons. Les dossiers « wp-includes » et « wp-admin » ne seront pas touchés non plus, il nous suffit de savoir qu’ils contiennent les fichiers nécessaires au fonctionnement de notre WordPress. Vous y trouverez le dossier « wp-content », que vous finirez par visiter plus souvent puisqu’il contient les thèmes ou les modèles que vous souhaitez utiliser, les plugins, les langues (comme nous l’avons vu), vous y trouverez également les fichiers que vous téléchargez dans votre bibliothèque multimédia et quelques autres dossiers qui seront générés au fur et à mesure que nous installerons certains plugins.

Configuration de base de votre nouveau WordPress

Il y a certaines étapes que je fais habituellement juste après l’installation d’un nouveau site et je vous recommande de les faire, car elles sont alors oubliées et vous pouvez avoir une surprise au moment le plus inattendu.

Lien permanent : Choisissez la structure de permalien que vous voulez pour vos URL, rappelez-vous que le meilleur pour le positionnement est celui qui contient votre domaine et l’adresse de la page, je ne tiens pas compte non plus de la date, le résultat est quelque chose de similaire à cela :

« mondomaine.com/page-sur-moi » ou « mondomaine.com/nouveau-venu-sur-mon-blog ».

  • Page d’accueil : Décidez ce que vous voulez afficher sur votre page d’accueil, votre blog ou une page. Une fois cette décision prise, nous pourrons commencer à construire le site. Bien que vous puissiez la modifier quand vous le souhaitez.
  • Heure : fixez l’heure de votre web le plus tôt possible, sinon, le jour où vous prévoyez une publication, vous remarquerez que quelque chose ne va pas et qu’elle n’est pas publiée au moment où elle devrait l’être.
  • Langue : Précisez dans quelle langue vous écrivez, afin que les moteurs de recherche aient plus d’informations sur vous.
  • Google Analytics : Il n’est jamais trop tôt pour commencer à collecter des informations, je préfère le faire maintenant plutôt que d’attendre plus longtemps et de finir par perdre des données.

Installez votre premier modèle WordPress

À ce stade, je ne pense pas qu’il vous faudra beaucoup de temps pour commencer à installer un modèle dans WordPress. Le processus d’ajout de nouveaux thèmes à votre WordPress est assez simple. Vous pouvez le faire directement depuis votre panneau de contrôle, à l’adresse Apparence > Thèmes. Veillez à télécharger le fichier correct au format .zip. Si vous avez téléchargé un thème de Themeforest, par exemple, veillez à décompresser le zip et à localiser le fichier du thème, en contournant les autres dossiers qui contiennent les fichiers de licence, les modifications de Photoshop, le contenu des échantillons, etc.

Vous pouvez également le faire via le gestionnaire FTP, en téléchargeant le dossier, déjà dézippé, de votre thème. Le dossier où sont stockés les modèles est appelé « themes » et vous le trouverez à l’intérieur de « wp-content », comme d’habitude. Une fois copié, si vous mettez à jour la fenêtre des thèmes dans votre panneau de contrôle, vous devriez voir le nouveau modèle, prêt à être mis à jour.

Si, à tout moment, vous voulez cacher le thème que vous utilisez et qu’il n’est pas facile de détecter le modèle via WPThemeDetector ou Theme Sniffer, vous avez plusieurs options, je vais vous en parler. La première est plus superficielle et se fait par des plugins comme Child Themify. L’autre option, plus sûre, est également plus facile. Il s’agit de renommer le dossier de notre thème, une opération simple que nous ferons par FTP. Assurez-vous simplement que vous avez activé un thème différent avant de changer le nom. Une fois la modification effectuée, vous pouvez l’activer normalement.

Sauvegardez votre serveur et votre base de données WordPress

Il n’est jamais trop tôt pour commencer à sauvegarder votre installation, tant les dossiers qui composent votre WordPress que votre base de données, très important, ne jamais oublier la base de données.

La première façon dont je vais vous l’expliquer est le manuel, celui que j’ai utilisé toute ma vie. D’une part, vous devez copier tous les fichiers et dossiers de votre WordPress dans un endroit sûr sur votre bureau, via FileZilla ou similaire, cela prendra un certain temps, pas trop. D’autre part, vous devrez accéder à PhpMyAdmin depuis le panneau de contrôle de votre serveur. Une fois à l’intérieur, vous verrez sur la gauche une liste des bases de données MySQL WordPress que vous avez sur votre serveur pour WordPress. Sélectionnez celui qui correspond à votre installation WordPress et trouvez l’onglet d’exportation, sélectionnez le format SQL et cliquez sur continuer, enregistrez le fichier avec le dossier de fichiers WordPress et sauvegardez le tout. N’oubliez pas de répéter cette opération chaque semaine ou aussi souvent que vous le souhaitez, en fonction de l’intensité d’utilisation que vous donnez à votre site web.

Je sais que tôt ou tard, vous oublierez de reculer et vous le manquerez au pire moment. C’est pourquoi je vous propose d’utiliser un système automatique. Il existe plusieurs plugins qui nous aideront. Je vous propose d’utiliser votre compte DropBox pour y stocker la sauvegarde, à la fois des fichiers et de la base de données. Vous pouvez relier votre site web à votre compte DropBox grâce à des plugins comme WordPress Backup to Dropbox. La configuration est simple et vos copies iront directement sur votre ordinateur et sur votre compte en ligne.

Si vous n’utilisez pas DropBox vous pouvez utiliser d’autres plugins comme Online Backup for WordPress, le fonctionnement est similaire, il vous permet de choisir ce que vous voulez sauvegarder, si seulement les fichiers, seulement la base de données ou les deux. Il vous donne la possibilité d’envoyer la copie à un e-mail, cette option est utile surtout pour la base de données. Vous pouvez créer un compte dans les serveurs du plugin lui-même et obtenir de l’espace gratuit pour pouvoir faire une sauvegarde dans le nuage. Bien entendu, vous pourrez établir un calendrier de sauvegarde et crypter les sauvegardes afin qu’elles circulent sur l’internet de manière plus sûre.

Pas de spam, merci

Tôt ou tard, vous commencerez à recevoir du spam dans votre boîte de commentaires, des textes bizarres avec des liens suspects et des offres commerciales avec toutes sortes de faux produits. Les formulaires de commentaires sont un terreau fertile pour le spam. Heureusement, nous pouvons minimiser cela en utilisant certains plugins.

Akismet est installé par défaut avec WordPress car il est développé par Automattic, les mêmes personnes qui développent et maintiennent WordPress. Vous devez l’activer dans la section Plugins et ensuite entrer une clé API que vous obtiendrez dans votre compte Akismet. Une fois la clé vérifiée et la connexion au serveur établie, le Plugin se chargera de détourner tous les spams vers un dossier qui sera vidé périodiquement. Les serveurs du plugin disposent d’une énorme base de données où chaque commentaire est vérifié, approuvé ou marqué comme spam. Il fonctionne bien.

Une autre option moins transparente mais efficace consiste à ajouter une case de code captcha dans les formulaires de commentaires. De cette façon, les robots ne pourront pas nous envoyer de spam. Je suppose que vous savez de quelle boîte je parle.

Utilisez le .htaccess

En cas de déménagement, de transfert d’un blog d’un domaine à un autre par exemple, vous devez utiliser le fichier .htaccess que j’ai mentionné plus tôt. Cela nous permettra d’éviter les erreurs 404 et les liens brisés car nous redirigerons ces anciennes URL vers le nouveau domaine et sa page correspondante. Faites attention lorsque vous touchez le .htaccess, tout mauvais point peut laisser la redirection web 301 hors service. Faites donc une sauvegarde du .htaccess original et enregistrez-le dans un endroit sûr, puis vous pourrez le supprimer. Je vais copier ici la réorientation typique que vous devriez faire dans ce cas. Il existe de nombreux types de redirections possibles, je vais me concentrer uniquement sur celle-ci, qui est généralement la plus courante pour les nouvelles pages.

rediriger 301 /mon-ancienne-url http://www.monnouveaudomaine.com/ma-nouvelle-url

N’oubliez pas que les redirections 301 fonctionnent mieux pour les moteurs de recherche.

Installation de WordPress en 1 clic

J’ai laissé ce point caché pour la fin car si je l’avais mis en premier, vous n’auriez rien lu dans le post. Vous auriez réussi à installer WordPress mais vous n’auriez pas appris trop de choses en cours de route. Oui, c’est vrai, la plupart des hébergements ont des applications qui nous permettent d’installer de nombreux gestionnaires de contenu en quelques clics. Vous devrez créer ou ajouter le domaine au préalable, puis les étapes sont similaires à ce que nous avons fait auparavant, il créera la base de données pour nous, l’utilisateur et il copiera les fichiers WordPress, tout cela en une seule fois. J’aime moins ce système, bien qu’il soit rapide.

Une des premières choses que vous devez apprendre, une fois WordPress installé, est de savoir quels sont les plugins de référencement essentiels qui vous aideront à positionner correctement votre blog. Je vous encourage à consulter l’article ainsi que celui-ci : Plugins WordPress qui utilisent les meilleurs blogs de marketing qui vous aideront à améliorer encore plus votre site web.

N’oubliez pas que le blog est la pièce maîtresse de votre plan de marketing en ligne, mais vous ne devez pas négliger les autres domaines essentiels pour créer une stratégie réussie. Vous pouvez en apprendre davantage sur la façon de créer un bon plan de médias sociaux grâce à ce manuel.

J’espère que tout s’est bien passé et que vous pourrez commencer à travailler sur votre nouvelle installation WordPress. Si vous voyez que j’ai manqué une étape, ou si vous avez des doutes en cours de route qui ne sont pas abordés ici, n’hésitez pas à me le faire savoir.